Visiteurs: 177287
Aujourd'hui: 169
 

Très intéressante chronique d'André Viard, dont voici quelques exraits



Quand en septembre dernier j'ai écrit ma lettre ouverte au Juli, je savais parfaitement qu'elle ne passerait pas inaperçue, dans la mesure où elle expliquait ce que le monde taurin était devenu et de ce que ressentaient de très nombreux aficionados. Du monde entier - aficionados, toreros, apoderados, ganaderos, empresarios - des messages me sont parvenus pour me remercier de l'avoir écrite, tandis que certains confrères de la presse, probablement gênés aux entournures mais sans critiquer l'initiative, plaidèrent pour un cesser le feu, ou plutôt, le terme fut employé, pour une paix des braves...

Cinq mois plus tard, à la lecture des premières programmations, on comprend pourtant que le coup de semonce n'était pas inutile. Qui peut penser que sans cette initiative les lignes auraient bougé de manière aussi claire que ce que l'on peut vérifier : Talavante d'abord qui demande les six Victorinos à Madrid, Manzanares ensuite qui demande six toros à Séville, dont un de Victorino, et le Juli enfin qui se fait annoncer face aux Miuras toujours à Séville. Qui peut croire, de bonne foi, que cette accumulation de gestes est le seul fruit du hasard ?


http://www.tierrastaurinas.com/terrestaurines/actus/edit.php



tem40 Le: 05/02/13
Urdiales La peña de Juan del Alamo offre un toro à son matador
Image aléatoire
Galerie
Recherche