Visiteurs: 160459
Aujourd'hui: 46
 


(Photo Bruno Lasnier)



La petite trentaine d'anti-taurins n'a pas fait trembler les organisateurs ni les aficionados qui sont venus en masse dans les arènes de la charmante bourgade des landes girondines. Ils auront assisté à un spectacle agréable percevant vaguement les hurlements des antis tenus à bonne distance et qui n'auront gêné qu'eux-mêmes. Spectacle prenant donc grâce à la vertu du bétail de Vicente Ruiz adapté à ce petit ruedo, solides, vaillants sous la pique, le premier démolit la cavalerie, et donnant pour la plupart du jeu par la suite. Le premier fut le plus noble, le sixième avait le plus de transmission, les seconds et troisièmes avaient aussi leurs avantages et furent applaudis à l'arrastre.
Roman est déjà mûr, il l'a montré à son premier passage. Il ouvrait les débats ce n'est jamais facile. Il sut cependant se monter à la hauteur du burraco qui répétait ses charges avec classe et humiliait sans faillir. Il le tua de deux-tiers de lame et coupa un premier trophée demandé très largement. Un ton au-dessous à son second passage, il subit une sévère voltereta à la mort et fut défaillant avec l'épée.
Posada de Maravillas faisait sa présentation en France précédé d'une réputation flatteuse qu'il ne justifia pas vraiment. Certes, il a de l'allure à la cape surtout, mais son peu d'appétence à se croiser limite ses mérites et banalise sa recherche esthétique. Il tua néanmoins son premier d'un estoconazo ce qui le fit saluer.
Clemente a fait des débuts en novillada piquée en fanfare.Il avait laissé une bonne impression à Magescq en début de temporada, il confirma à Captieux. Il montra le bout de sonnez dans un quite impeccable par chicuelinas au toro de Maravillas. Il persévéra par la suite dans cet sprit tout au long de l'après-midi. A la cape il se montra varié et fut l'auteur d'un beau quite par tafallera. Par la suite il mena ses faenas avec l'aplomb d'un vieux briscard, menant le toro au centre quand il voulait aller aux planches. C'est sans doute cette sécurité et cette fermeté qui impressionna le plus le public. Il faut y a ajouter de belles allures et du goût pour les choses bien faites: de bonnes séries sans temps mort par le bas, sans se faire toucher la muleta, des détails de classe changements de mains ou trincheras. De plus, il tua bien surtout le sixième.
Le chemin est long et une hirondelle ne fait pas le printemps mais Clemente aura réussi parfaitement ces débuts en piquée. Il serait juste de lui faire désormais la place qu'il mérite dans ce créneau d'autant qu'il se sait faire aimer d'un public qui lui fit un beau triomphe.
Pierre Vidal



tem40 Le: 03/06/13
A San Fermin : aupa! Palmares de la San Isidro par André Viard
Image aléatoire
Galerie
Recherche