Visiteurs: 178334
Aujourd'hui: 9
 


(Photo Bruno Lasnier)

La Brède samedi, plein ou presque.
6 toros de Fuente Ymbro
Alberto Aguilar en crème et or: silence et vuelta;
Thomas Dufau en bleu ciel et or : une oreille avec pétition de seconde et une oreille et sortie en triomphe;
Sergio Folres en bleu des mers du sud et or: une oreille et silence.
Paseo retardé de 10 minutes en raison de l'affluence aux guichets.

La Brède a donné ce samedi une belle réplique aux anti-taurins plus présents dans les médias que sur le terrain. Ils n'étaient qu'un quarteron à battre la chaussée alors que les arènes girondines étaient copieusement garnies. Ainsi, "l'Esprit des lois", dans la cité de Montesquieu, était respecté à la lettre et les matamores qui jouaient des gros bras la veille encore en ont été pour leurs frais. Les arènes les plus au nord ont pu présenter leur spectacle après avoir réparé, par ailleurs, les affres du déluge qui avait précédé la courte accalmie de ce samedi.

Le spectacle a été à la hauteur des espérances et des efforts des organisateurs. Des six Fuente Ymbro bien roulés on en retiendra quatre, ceux du milieu, en primant les seconds et quatrième qui donnèrent le plus de jeu. Le sixième auteur d'une belle poussé sous le cheval s'arrêta par la suite.
Peu d'option avec le tambour-major pour Alberto Aguilar. Il tenta sans succès et tua mal d'un pinchazo hondo. Le quatrième était une crème et possédait de la vibration. Alberto débuta la faena sur une bonne note, par des séries très templées, menée par le bas. Il fut, avec la muleta à la hauteur de ce bon Fuente Ymbro mais il gâcha ces belles intentions par une série d'échecs à l'acier. Il fut cependant très applaudi lors de son tour de piste.

Thomas Dufau fut à la hauteur de ses deux adversaires; un bon lot. Il mena ses deux faenas avec élégance, sobriété et l'assurance que l'on lui connaît. Sa détermination, sa volonté de bien faire convainquit les gradins qui le soutinrent d'un bout à l'autre de ses deux travaux. Il sut imposer sa loi à ses opposants sans qu'il n'y eut de déchets à la muleta. Son implication trouva une conclusion heureuse à l'épée. Il tua le premier d'un estoconazo de parfaite exécution et le second de trois quart de lame en place. Après son succès de Saint-Sever, Thomas a confirmé qu'il avait franchi une étape. Plus serein, plus relâché, plus spectaculaire aussi: ses redondos et ses passes changées, lors de l' entame de son premier passage, firent sensation. On peut compter sur lui, il l'a prouvé, et ces succès augurent bien de sa saison.

Sergio Florés, à peine remis de sa blessure madrilène, n'était pas là pour faire de la figuration. Le jeune mexicain qui subit deux volteretas sut assujettir le dur second qui ne s'en laissait pas compter. Sans se dégonfler, Sergio le mena dans des séries courtes mais exposées sans craindre ces vilaines manières. Ce mépris du danger et cette volonté farouche de triompher dans l'adversité plurent et, malgré une épée tombée, il coupa un premier trophée. Il brinda le sixième au président de l'association Mexico Aztecas y Toros, Jean-François Nevière. Ce fut un beau moment d'émotion que cette reconnaissance de ceux qui oeuvrent pour que soit mieux connue en France la tauromachie d'Amérique Latine. L'animal qui avait cinq ans bien sonnés, s'immobilisa rapidement et Sergio dut s'en débarrasser après avoir une fois encore tout tenté.

Au total une bonne après-midi de toros, prenante de bout en bout qui conforte l'aficion en terres girondines.

Pierre Vidal



tem40 Le: 23/06/13
Un petit air de maletilla Bon sang ne saurait mentir
Image aléatoire
Galerie
Recherche