Visiteurs: 184730
Aujourd'hui: 92
 
Villeneuve-de-Marsan, mardi soir, plein ou presque. Orage diluvien final au sixième toro.
Six toros de Camacho
Victor Mendes: Ovation et saluts;
Thomas Dufau: une oreille et une oreille et forte pétition de seconde;
Juan Leal: deux oreilles et deux oreilles.
Juan Leal est sorti en triomphe ce que s'est refusé à faire Thomas Dufau.



Ce fut le duel annoncé et plus même... Une opposition sévère mais loyale entre deux jeunes gens qui veulent se faire une place au soleil. Sous l'oeil avisé de Victor Mendes toujours affuté. Une très bonne soirée pour un public dont l'enthousiasme n'a pas été douché par l'orage violent qui s'est abattu au dernier toro. Des soirées comme on les aime avec des hommes qui se livrent à fond pour notre bonheur. Parfois, c'est dans ces lieux modestes où on ne se prend pas la tête et où on ne se gargarise de pas de grandes théories - démenties par les faits - que l'on réussit le mieux: chapeau aux organisateurs de Villeneuve.
Il faut dire que la matière première était au rendez-vous. Un lot de Camacho bien armé, bien présenté pour ce type de corridas. Il a fait preuve d'allant à la pique et par la suite d'une noblesse exigeante avec le piquant nécessaire à éviter la fadeur. Le troisième a particulièrement plu et le public demanda pour lui une vuelta.
Victor Mendes a plus que de beaux restes, il demeure toujours aussi aguerri et n'a pas déparé dans ce cartel. Il a bandérillé le premier mais il a pris une méchante rouste. Cela ne l'a pas découragé; il en a vu d'autres le bougre! Même si ses travaux n'ont pas eu le liant nécessaire aujourd'hui au succès, il eut de très bon moment à la cape comme à la muleta ce qui, compte-tenu de certaines approximations à l'épée, lui valut un succès d'estime: il fut chaleureusement applaudi.
Thomas Dufau était chez lui et il lui fallait triompher. Il eut peu de retard à l'allumage - il a du mal à rentrer dans le vif du sujet, en général- et ne convainquit pas totalement lors de son premier passage. Il coupa son opposant en deux et cette estoconazo lui permit de couper un premier trophée. Comme à Mont-de-Marsan, il y a quelques jours, il sortit ensuite "por todas" et, après avoir débuté par largas, il montra le meilleur de lui même: son côté classique, relâché, son goût des choses bien faites. Nouvel estoconazo et le président lui refusa la seconde oreille. S'il y avait un sentiment d'amertume il serait injustifié car le landais s'est montré à ce second passage sous son meilleur jour et le public quoiqu'il en soit au "planchot"l'aura vu.
Juan Leal sortit prêt à tout pour triompher et il triompha à ses deux passages et de quelle manière! Il aura convaincu même les plus réticents. Deux trasteos hiératiques, centrés, plein d'entrain; qui montrent l'ambition du jeune homme : marcher sur les pas du maître, Paco Ojeda. La corne frôle la cuisse et l' Arlésien ne cède pas un poil de terrain. C'est, assez impressionnant... Une première épée desprendida ne lui empêcha de couper deux oreilles. Il rentra comme un damné pour tuer le second sous des abats d'eaux bravés par une partie du public bouche bée devant l'entrega, l'aplomb du jeune homme; sa décision aussi; le dynamisme de sa jeunesse et son charisme.
Ainsi se termine ce premier round entre Thomas et Juan. Il y en aura un autre le 24 août à Mimizan qui devrait faire flores après cette soirée de Villeneuve. Une des plus prenantes qu'il nous ait été donnée de voir cette saison dans le sud-ouest.
Pierre Vidal



tem40 Le: 07/08/13
Ivan Fandiño à Bayonne PHOTOS
Image aléatoire
Galerie
Recherche