Visiteurs: 180189
Aujourd'hui: 28
 
Tomas Campos, lors d’une entrevue sans concession sur « Patrimonio Taurino » assène ses vérités et exprime sa gratitude à la France et … à Mimizan.

Longtemps sans contrat, à la question : Qu’apprend-on sur la touche ?
« On apprend surtout à valoriser le sacrifice et l’effort que l’on doit faire pour réussir. Tu apprends, que dans les mêmes circonstances ça ne coûte pas la même chose à tous. Cela m’a servi à grandir comme torero et comme personne. Tu affrontes tes engagements avec plus d’entrega et une plus grande responsabilité pour tout donner…. Ce n’est pas en toréant beaucoup que tu t’améliores artistiquement, en technique oui…. Pour pouvoir t’exprimer artistiquement avec ce que te donne le toro, tu dois oublier la technique et donner plus d’importance à l’aspect artistique du toreo. Quand la technique disparaît, et s’épanouit l’art, le toro passe plus près, il va plus lentement et t’oblige à un plus grand engagement. »

« Grace à la France et aux personnes que j’ai rencontrées, les portes se sont ouvertes ce qui m’a permis de croire en moi. Ma première tarde à Mimizan a été le commencement d’un long chemin. Tout s’est bien passé et m’a amené à une temporada courte mais intense et très intéressante pour l’année qui vient. »





« Avec Emilio de Justo nous avons un chemin parallèle. Je pense que dans mon cas et celui d’Emilio on peut voir comment les choses peuvent se réaliser. Ceci doit motiver les compagnons qui sont dans notre situation et qui doivent savoir que les opportunités finissent par arriver. Si tu es convaincu, ton moment arrivera, et si tu en profites, tu seras sur le chemin et tu verras la lumière. »

A propos de Badajoz, sa ville natale
« Les années de novillero où j’ai triomphé n’ont servi à rien. Si tu n’appartiens pas au système et au circuit qu’ils tiennent fermés, ils ne t’ouvriront pas les portes. Lors de mon alternative, je suis sorti à hombros dans la ville de mon pays et cela, qui aurait dû servir à donner une opportunité, a donné le contraire. Si tu n’es pas dans le système ils te coupent la tête pour que tu ne puisses te révolter… Je ne crains pas de le dire, je dis les choses comme je les pense, comme je les sens. Dire ces choses me rend fidèle à moi-même, à me sentir bien. Les choses qui sont vraies, pourquoi ne sortiraient-elles pas à la lumière ?

« Le toreo doit être le reflet de quelques valeurs comme l’engagement, le sacrifice, la fidélité… L’unique vérité, c’est le toro. Tout ce qui s’ajoute autour est mensonge. »

Et la presse ?
« La presse est totalement vendue au système. Seul l’intérêt économique les anime. Il n’y a plus le romantisme véritable qui existait. Ils veulent simplement encaisser quitte à être infidèle à leurs convictions. Souvent, ils se prostituent. »





tem40 Le: 05/11/17
El año de Joselito Rion 2017
Image aléatoire
Galerie
Recherche