Visiteurs: 170304
Aujourd'hui: 60
 
Suite de l'interview du maestro Juan José Padilla par Stephan GUIN du Midi Libre

L’Espagnol qui a surmonté un terrible coup de corne, raconte cet accident. Il est attendu à la feria de Nîmes le 6 avril prochain.

Quel souvenir conservez-vous de l’accident du 7 octobre dernier à Saragosse ? - Je savais qu’aux banderilles, le toro serait très compliqué. À la cape, il se retournait immédiatement, la tête très haute. Mais j’en avais déjà banderillé des bien pires dans ma carrière. Après la troisième paire, il m’a immédiatement attrapé. Je suis resté conscient en permanence. Dès que je me suis relevé, j’ai pris dans ma main mon œil droit et tenu mon visage et mon menton qu’avait détruit le toro. Sur le chemin de l’infirmerie, je m’étouffais et j’avais perdu totalement la vue, même de l’œil droit. J’avais conscience que je pouvais mourir et j’ai immédiatement pensé à mon épouse et mes enfants car j’avais peur de les abandonner.
Les médecins des arènes et de l’Hôpital vous ont sauvé la vie ? - Totalement. Je remercie Dieu et la Vierge du Pilar d’avoir subi cette blessure à Saragosse, car j’ai eu la chance d’être pris en charge par une équipe médicale aussi brillante. De même, le médecin des arènes a refusé de m’opérer et cette décision m’a sauvé la vie. Je n’ose imaginer les conséquences si j’avais subi la même blessure dans une autre ville…
Vous avez subi plusieurs interventions chirurgicales ? - L’opération suite au coup de corne a duré neuf heures. Ce fut une intervention lourde où on m’a mis une plaque de titane sur le visage avec une reconstruction du maxillo-facial. J’ai ensuite été opéré une seconde fois du nerf facial pendant 12 heures à Séville. Ils m’ont greffé un nerf du mollet dans la zone allant de la nuque au cerveau. Cette opération a été une totale réussite. Je commence à retrouver des sensations sur le visage et à force de travail, je devrais retrouver la symétrie normale de ma bouche.
Et votre vision de l’œil gauche ? - Je dois faire un nouveau point avec le médecin le 28 mars. Pour l’instant, le nerf optique est connecté mais il ne donne pas encore d’informations au cerveau. S’il reçoit de la lumière, je pourrai me faire opérer pour retrouver une partie de ma vue. Je conserve encore un espoir et reste optimiste.
Votre retour dans l’arène prévu le 4 mars à Olivenza n’est-il pas trop rapide ? - C’est une décision mûrement réfléchie J’ai conscience de mes responsabilités. Je me dois d’être à 100 % par respect pour le public, pour le toro et mes compagnons de cartel. J’ai annoncé mon retour après avoir tué plusieurs toros chez mon apoderado. J’ai l’expérience de ces retours dans l’arène après des blessures graves. Les tests au campo se sont révélés probants. Et les médecins m’ont garanti que je pouvais exercer normalement ma profession.
Votre famille n’a pas cherché à vous dissuader ? - Mon épouse et mes deux enfants m’ont beaucoup soutenu psychologiquement dans les moments difficiles. Ils ont été d’un appui incroyable. Ils sont la colonne vertébrale de ma vie. Aujourd’hui, ils continuent de me soutenir dans ma décision de revenir dans les ruedos.
Perdre un œil n’est pas handicapant pour toréer ? - À ce jour, j’ai retrouvé la totalité de mes repères sur la distance avec le toro et pour appréhender sa vitesse. Le seul problème que je rencontre est sur les fins de passe sur la corne gauche car je perds la vision de la tête du toro pendant un instant. Je dois encore m’adapter à cette difficulté.
Vous continuerez à banderiller "al violin" ? - Si je reviens dans les ruedos, c’est que je suis à 100 % et que je peux proposer tout mon répertoire. Je me suis entraîné “al violin” et cela ne me pose pas de problème particulier car le toro est en permanence devant toi.
Souhaitez-vous toréer autant, et dans des corridas "dures"? - D’abord j’espère prendre du plaisir et me montrer à la hauteur de la confiance que m’ont accordée les arènes d’Olivenza et d’Arles. Je me prépare pour réaliser une temporada quasiment normale et je serai heureux de toréer partout où mon apoderado le décidera. Jamais je ne refuserai d’affronter des Miura ou des Victorino Martin. Je me prépare en conséquence.

Midi libre du 9/2/2012
http://lotaureroge.canalblog.com/



tem40 Le: 10/02/12
Présentation des Fallas: Dominguin à l'affiche !! Catalans
Image aléatoire
Galerie
Recherche