Visiteurs: 180033
Aujourd'hui: 49
 


Pendant que le gang des 10, tente de jouer les gros bras pour régner sur la mafia taurine...
Pendant que vénal et taciturne, le mystique de Galapagar préfère se taire pour faire monter les enchères car si la parole est d'argent le silence est d'or....
Avec la force brutale d'une bourrasque tourbillonnante, de l'enfer revenu comme lavé de ses éventuelles fautes, le cyclone de Jerez est de nouveau là.
Comme si de rien était, il a commencé sa saison en temps et heure fidèle au rendez-vous qu'il se donne chaque année.
Emouvant forcément, au delà d'un simple retour,car l'homme meurtri visage stigmatisé par la blessure, livre un épique combat; le combat pour la vie d'après la survie!
L'acceptation , la sublimation de sa gueule cassée nous font porter sur son parcours un regard dénué de compassion (et c'est là sa plus grande victoire), mais plein d'une saine admiration, de celle que l'on voue aux héros.
L'histoire est en marche et Padilla est un héros.
A jamais dans la légende, porté par un extraordinaire courage et une volonté d'airain, il nous fait oublier la "taurocratie" actuelle, décadente, et minée de l'intérieur.
Ephémère mirage, la blason terni de la toreria retrouve de l'éclat, poli par la noblesse de la bataille menée contre l'inéluctable, un pied de nez à la raison!
En s'habillant de lumières pour écarter un temps encore l'inexorable qui nous attend tous, il donne tout son sens à l'acte fou de venir fragile et nu, se confronter au défi des cornes et de la mort.
En cela exemplaire, il nous redonne fierté et espoir.Merci!
http://lamonteraquipleure.blogspot.com/




tem40 Le: 10/03/12
HAGETMAU D'après les antis-taurins les présidentiables sont des humanistes
Image aléatoire
Galerie
Recherche