Visiteurs: 179900
Aujourd'hui: 1
 
Grande déception à Séville mais écoutons plutôt Paul Hermé:


Faillite
Mardi, 24 Avril 2012
Il est évident que la faillite quasi générale sur le plan ganadero est en train de ternir la feria de Séville…

Et par ricochet, l’image de la tauromachie. Des toros changés avant la course, comme les sept de Garcigrande, mais ce n’est pas le seul exemple, la ronde des camions, le bal des cabestros certains jours, des tercios de piques qui n’en sont pas, des toros vite arrêtés, parfois sur les rotules, qui lèchent le sable ou qui s’enfuient vers les planches, bref, ce que j’ai vu, ou plutôt subi, en neuf jours, m’a refilé une sacrée indigestion !

Ce panorama affligeant n’est pas personnel, chacun a pu le vérifier in situ ou devant le petit écran. Belle promotion, au passage ! Le mal semble endémique, et concerne tous types d’élevages, la question n’étant plus de savoir qui en porte la responsabilité puisque à l’évidence, même en faisant de petites exceptions, il est quasiment général. D’où la satisfaction de voir de-ci, de-là, un toro sortir avec ce qu’on attend de lui, de la caste, de l’agressivité, de la bravoure comme de la noblesse. Et quand cela arrive, on le croirait trempé dans l’eau bénite !!!

Je n’ai aucune intention de noircir le tableau, mais je ne m’appuie toutefois que sur des faits avérés, et je prie pour que la fin de la Feria d’Avril, à laquelle je n’assisterai pas, soit d’un tout autre niveau que ce qu’il m’a été donné d’ingurgiter… Sinon, ce serait à désespérer de tout. Qui a la solution ?


http://www.torofiesta.com/index.php?option=com_content&view=article&id=1697:faillite&catid=68:chroniques&Itemid=67



tem40 Le: 25/04/12
Vargas Llosa, Prix Nobel de littérature défend la corrida. Les antis s'attaquent aux toreros.
Image aléatoire
Galerie
Recherche