Visiteurs: 160274
Aujourd'hui: 44
 
"CRÉER UN DIALOGUE"



Au nombre des diverses variables d'ajustement que le nouveau Président de la République française devra apporter à ses projets ou promesses, son idée quelque peu utopique de vouloir "créer un dialogue" entre aficionados et taurophobes radicaux devrait être une des premières à tomber au champ d'honneur de la real politique.

Les promesses, on le sait, n'engagent que ceux qui les croient, et la position a minima du candidat socialiste durant sa campagne ne devrait pas ouvrir de brèche dans le dispositif existant. La loi, la jurisprudence et l'inscription au patrimoine immatériel culturel de la France concédée par le précédent gouvernement, constituent un dispositif suffisamment solide pour que l'on ne craigne pas de le voir remis en question par le résultat de l'élection.

Même si certains alliés de la nouvelle majorité qui devra sortir des urnes lors des prochaines législatives ont opté pour l'abolition - les Verts et une partie de l'extrême gauche - leur influence devrait être facilement contrebalancée par la position des présidents des quatre régions taurines qui, tous socialistes et aficionados à divers degrés, ont d'ores et déjà demandé à leur candidat de respecter le statu quo en ce qui concerne la culture taurine.

Un message qui a été entendu puisque, dès le 20 février dernier, François Hollande a assuré l'Observatoire National des Cultures Taurines de sa volonté d'apaisement sur le sujet, au nom de "la forte symbolique de la tauromachie et les liens sociaux et culturels qu'elle fait naître depuis des générations".

Le temps d'une campagne forcément oecuménique, c'est la voie étroite du "dialogue" qui a été mise en avant, laquelle, on le sait depuis les rencontres "animal et société", mène directement dans une impasse : il n'y a rien à négocier et moins encore à cèder vis-à-vis de mouvements liberticides dont les éléments les plus troubles flirtent avec les extrêmes les plus nauséabonds.

De l'identité du premier ministre et du ministre de la culture notamment, dépendra désormais la marge de manoeuvre plus ou moins grande dont pourront bénéficier les aficionados français pour conforter leur avantage, afin d'accompagner de la manière la plus opportune les initiatives prises dans d'autres pays taurins pour faire inscrire la tauromachie au Patrimoine mondial de l'Unesco.


André Viard

http://www.terrestaurines.com/forum/actus/edit.php






tem40 Le: 07/05/12
Joselito Adame : dernière nouvelle Adame, sortie d'hôpital.
Image aléatoire
Galerie
Recherche