Visiteurs: 154636
Aujourd'hui: 11
 



Pendant que la temporada bat son plein, les animalistes espagnols passent à la vitesse supérieure : défaits sur le terrain institutionnel, ils semblent se diriger vers une action directe, violente, criminelle en intentions.

Le slogan est apparu hier sur les réseaux sociaux où il commence à tourner en boucle. L'image est explicite et le texte davantage : devant une maison qui brûle, une fillette à l'oeil malicieux dit : "Mes voisins étaient taurins, mais ils ne le sont plus".

La violence de cette image qui a bien sûr été transmise aux services de police français et espagnols, ainsi qu'à la justice, invite au passage à l'acte et ne peut que rappeler des faits concrets survenus voici un an à peine.

Xavier Daverat, professeur de droit à l'Université Montesquieu, en fait cette analyse : "Il faut bien réaliser ce que véhicule une telle image. On pense naturellement à un appel au passage à l'acte, ce qui n'est pas pure intellection puisqu'on connaît les actes déjà commis, dont l'incendie criminel du domicile d'André Viard auquel la photo ne peut que renvoyer.

Au-delà, cette image est lourdement signifiante. Elle rameute la délation (les voisins) de bien sinistre mémoire... Le feu, entre bûcher (l'aficionado comme possédé) et purification. Et l'appel à l'action de chacun.

Avec une gamine qui prend la parole, à la première personne, on entre dans une autre dimension : image d'innocence juvénile et de malice dans le regard (on joue sur un pseudo bon sens enfantin : il est d'évidence qu'il faut être radicalement anti-taurin...). Quant à la violence enfantine qui est malgré tout véhiculée, on pourrait toujours dire qu'elle est l'alter ego de celle de la corrida, ce qui n'est pas sans signification au moment où les antis-taurins militent aussi pour l'interdiction du spectacle tauromachique aux mineurs.

Bien sûr, les antis diront que l'image est faite pour frapper et non apppeler au passage à l'acte, et que sa violence est métaphorique ou fantasmatique (dans l'esprit de l'enfant "vertueux"). Il y a donc, non seulement, une apologie de l'action violente et criminelle, mais aussi un message très percutant dans sa symbolique".

Rien à ajouter.

Pour la version "soft" et "respectable", la croisade a repris contre Mimizan dont les organisateurs et la mairie sont "sommés" par de courageux anonymes en plein délire d'annuler les spectacles taurins prévus, en ces termes : "Cette corrida est illégale ! Vous le savez ! Vous êtes donc hors la Loi. Nous avisons donc toutes les autorités compétentes, les ministères, l'assemblée nationale, le parlement, le sénat, les médias, les offices de tourisme, les organisateurs, bref toute la France et l'Europe... la nouvelle image touristique de Mimizan est fortement compromise, les Européens assimilant à présent votre ville à un bain de sang d’innocents."

La petite fille de l'image ci-dessus n'aurait pas mieux dit.


http://www.tierrastaurinas.com/terrestaurines/actus/edit.php



tem40 Le: 16/08/12
DAX mercredi par P.Vidal Rion
Image aléatoire
Galerie
Recherche