Visiteurs: 170269
Aujourd'hui: 25
 

Ayant tiré les leçons d'une temporada 2011 terminée dans le rouge, les arènes de Bayonne ont magnifiquement redressé leur situation et dégagent pour 2012 des bénéfices.

Le pari n'était pas gagné d'avance, mais tel était pourtant l'enjeu principal d'une saison dans laquelle les arènes de Bayonne jouaient beaucoup plus qu'une ponction somme toutes minime dans les finances municipales, au regard des dépenses que l'on consacre un peu partout à des cultures moins populaires.

L'enjeu, était de ne plus donner le flanc à une politisation passablement minable du problème, ni à des campagnes peu élégantes curieusement relayées par divers medias locaux, mais au contraire de démontrer que loin d'être en déclin la tauromachie jouit d'une excellente santé à Bayonne.

Le pari est donc gagné, et il est à espérer que les medias qui ont longuement glosé sur le déficit de l'an passé, consacreront autant de place aux bénéfices de cette année.

Un résultat, dont le détail sera publié dans les prochains jours, qui est du essentiellement à une réduction de la programmation et à un resserrement des dépenses, notamment grâce à la diminution des honoraires des figuras (accompagnée de l'augmentation des cachets les plus modestes), ainsi qu'à la mise en vacances des toreros n'ayant pas rempli leurs objectifs d'audience l'an passé.

Ces restrictions se sont-elles traduites par une baisse de qualité artistique ? Aucunement. Corridas bien présentées, deux excellents toros de vuelta (Alcurrucén et Cebada Gago), triomphes de toreros (Ivan Fandiño, Luque, Saldivar, Sergio Flores et Juli). Et en prime, trois novilladas sans chevaux et une piquée pour préparer la relève et soutenir les ganaderias françaises. Qui dit mieux ?
http://www.tierrastaurinas.com/terrestaurines/actus/actu.php



tem40 Le: 04/09/12
Nouveau soutien à la tauromachie. Le coup de gueule de P. Hermé
Image aléatoire
Galerie
Recherche