Visiteurs: 160232
Aujourd'hui: 2
 
Quand la Corporation taurine de Colombie réclame la liberté…

Après la décision de la Chambre Constitutionnelle qui a réaffirmé la légalité des corridas en Colombie, et devant notamment l’entêtement de Gustavo Petro, maire de Bogotá, qui est en train de détourner la loi pour transférer l’administration de la plaza de Santamaría afin qu’on ne puisse plus y donner de toros, la Corporation Taurine de Colombie, soutenue par des intellectuels, a publié ce manifeste…

« Les corridas de toros, telles que nous les connaissons aujourd’hui, datent en Espagne comme en Amérique du milieu du XVIIIème siècle. Les seigneurs qui montaient à cheval lors des fêtes de cette époque ont été remplacés par les peones et se sont alors rédigés les premiers règlements taurins qui visaient à protéger la vie du torero comme l’intégrité des toros jusqu’à leur mise à mort. Ce sont ces normes qui à l’analyse ont permis au jeu des toreros de se transformer en art. Un art spécifique qui contient les idéaux de la culture hispanique : le sens tragique et héroïque de la vie. Le torero est ainsi une importante métaphore sur la vie et la mort.

Comme tout art, celui des toreros n’est pas compris de tout le monde. Mais ce n’est pas une raison pour les attaquer et abolir avec l’argument que c’est cruel, derrière lequel se cache la simple volonté de prohiber les goûts et les passions des autres.

Nous, aficionados à la Fiesta Brava, réclamons et défendons notre droit à apprécier une tradition artistique pacifique. Nous réclamons notre droit à la liberté d’une option culturelle, comme est respectée la liberté de conscience. L’attaque contre les corridas est une manifestation violente d’intolérance envers nos goûts et nos sentiments.

Nous sommes aussi des défenseurs de l’environnement et de la conservation des espèces qui incluent le toro bravo, et par conséquent des conditions qui rendent possibles leur élevage et leur existence. »
Ce manifeste a été soutenu notamment par Fernando Botero, Mario Vargas Llosa, Fernando Savater, Rafael Santos, Joaquín, Sánchez, Andrés Calamaro… Comment ne pas s’y associer ?

http://torofiesta.com/index.php?option=com_content&view=article&id=2131:manifeste&catid=68:chroniques&Itemid=67



tem40 Le: 05/11/12
A lire Primés: Fandiño et Fuente Ymbro
Image aléatoire
Galerie
Recherche