Visiteurs: 160267
Aujourd'hui: 37
 


Juan Antonio Espartaco



Science, humilité, honnêteté, maestria, toreria … sont les quelques mots qui peuvent décrire la II Tertulia de la Asociacion El Toro de Madrid dont l’invité fut le torero Juan Antonio Ruiz Espartaco, grande figura des années 80.
Espartaco fit, tout d’abord, une brève présentation de sa trajectoire et de sa ganaderia : « Cette profession et le monde du toro m’ont donné des moments de grand bonheur mais aussi de découragement et de peur, mais il n’y a rien de plus beau quand tes efforts rendent les gens heureux. Depuis tout petit, posséder une ferme, une propriété ou une ganaderia était un rêve, et avec le temps j’ai pu acheter une ganaderia » Le maestro, fut très sincère en montrant son respect des ganaderos, expliquant qu’il manquait encore de l’expérience nécessaire : « Réussir comme ganadero est très difficile, beaucoup de choses influent, ainsi, être une figura des ganaderos est quasi impossible. » Il a précisé qu’il doit changer sa manière de penser, qu’il ne doit plus penser en torero. « Lors des tentaderos, je ne torée pas moi-même, j’essaie de faire venir des toreros qui n’ont pas beaucoup d’expérience, surtout des novilleros qui débutent. Les gamins n’utilisent aucune technique, ils utilisent leur vérité, ce qu’ils ont à l’intérieur, ainsi je peux mieux juger la ganaderia. Par contre si il sort un toro compliqué présentant des difficultés, je préfère le toréer par moi-même ou par un professionnel » Le toro que cherche Espartaco est un toro qui se laisse toréer, avec de la mobilité, qui offre du spectacle aux gradins. « Pour triompher dans les places importantes comme Madrid ou Séville, un toro doit avoir une pureté génétique. »Pour conclure, le maestro se montra très optimiste pour l’avenir de la fiesta : « C’est la chose la plus grande au monde, c’est un monde avec tant de responsabilité et d’émotion qu’il ne pourra jamais finir. Un novillero qui commence, s’il torée par exemple à Madrid, joue en un après-midi son enfance, sa jeunesse et son avenir, et cela n’arrive dans aucune autre profession. Autre exemple, le ganadero qui a élevé un toro pendant 4 ans pour 8 minutes … c’est une terrible responsabilité »La tertulia se termina par une ovation méritée à cette figura et grand personnage : Juan Antonio Ruiz Roman …Espartaco

Toros en el mundo
Traduit par tem40



tem40 Le: 18/11/12
La ganaderia de Concha y Sierra émigre en France Quelques brèves
Image aléatoire
Galerie
Recherche