Visiteurs: 180216
Aujourd'hui: 55
 

  Le CTM visite la Plaza de toros de TORO lors de son voyage à la Feria de la Virgen de la Vega à Salamanca.









Charles Dayot, Maire de Mont de Marsan vient de présenter les mesures qui seront prises afin
d'améliorer le fonctionnement et l'organisation des corridas des Fêtes de la Madeleine 2020 qui se
dérouleront du 22 au 26 juillet 2020. Cette décision fait suite aux très vives réactions exprimées par
le public des arènes du Plumaçon durant la dernière corrida des Fêtes de la Madeleine 2019.


LES PRINCIPALES DÉCISIONS ANNONCÉES
1) L e non renouvellement du contrat passé avec la sociéte KIKA représentée par Marie Sara
➔ confier cette mission à Jean-Baptiste Jalabert et Alain Lartigue, par le biais d'une union
temporaire d'entreprises, dans le cadre d'un marché négocié et allégé de prestation de service.
Le choix de ne pas relancer un appel d'offre classique permettra :
– de donner plus de poids à la Commission Taurine élargie qui aura un rôle plus important
sans pour autant être en mode de gestion directe
– de ne pas engager la collectivité et sa Régie sur un marché qui irait au-delà de l'échéance
des municipales prochaines.
Ce marché négocié est, dans son contenu, sans commune mesure avec le marché actuel, il comprend
moins de composantes pour ne pas diluer les missions du prestataire (communication, recherche de
partenariat...). La partie taurine étant essentielle.
2) Modifier la composition, le nombre de membres et la gouvernance de la Commission Taurine
Extra Municipale qui passera de 4 à 8 membres
➔ 5 membres désignés
- Christophe Andiné qui était jusqu’à présent président de la commission taurine du
Cercle Taurin Vicois, commerçant depuis de nombreuses années à Mont de Marsan où il réside
- Romain Laborde en charge des arènes du Plumaçon et chiquero de nos arènes
- Pedrin Sevilla, ex banderillero
- Didier Godin, ex novillero
- Pascal Darquié, organisateur de la novillada de Saint-Perdon
➔ 1 membre élu représentant le Maire
- Pascale Haurie, conseillère municipale, vice-présidente de la Régie et aficionada
➔ 2 membres représentant les peñas (à désigner par les peñas) renouvelables chaque année
➔ Le ou la présidente de cette Commission Taurine sera choisi.e par ses membres
3) Intégrer des représentants des peñas à la CTEM et leur permettre ainsi de participer à
l'instance décisionnelle
➔ Fin du Conseil Consultatif Taurin
➔ Désignation d'un ou deux membres de la CTEM en charge de la relation avec les peñas
et l'animation des réunions des peñas
➔ Mise en place de 3 réunions des peñas avec présence de membres de la CTEM et du
prestataire. Objectifs :
– En septembre/octobre: debriefing sur la temporada passée et propositions de cartels
(ganaderias, toreros)
– En janvier : point sur les validations de cartels
– Fin mars : ajustements avant annonce des cartels
➔ Mise en place de groupes de réflexion thématiques inter-peñas pour proposer des pistes
d'amélioration à la CTEM
En conclusion, Charles Dayot a souhaité revenir sur les 10 années de collaboration avec la Société
KIKA et plus particulièrement avec Marie Sara : « je voudrais témoigner ici du fait que Marie Sara ne
porte pas la seule responsabilité des déceptions de cette dernière feria. Nous ne devons jamais oublier
que durant ces 10 années et après des débuts difficiles, nous avons eu de belles ferias comme en 2012
avec Jazmin, en 2013 avec Ivan Fandiño, en 2017 avec Juan Bautista face aux La Quinta... Les
compétences professionnelles de Marie Sara, associée à Simon Casas ne doivent pas être remises en
question, mais le besoin de changement porté par un grand nombre d'aficionados, y compris
majoritairement hors peñas, doit être pris en compte.
En ce qui me concerne j'ai pu apprécier les relations respectueuses avec ce prestataire depuis que je
suis Maire, même si des points auraient pu être améliorés ».
Il a également tenu à rappeler le rôle, le dévouement et la compétence technique de Guillaume
François à qui il a proposé de rester membre de la CTEM après avoir démissionner de sa présidence.
Devant son refus et après de nombreuses consultations, le Maire de Mont de Marsan a accepté la
démission qu'il lui avait adressée très rapidement après la feria. « J'ai pu travailler avec Guillaume
François durant les deux dernières Madeleine ; je dois ici témoigner de son engagement bénévole
sans faille. Sa récente lettre démontre son honnêteté intellectuelle et sa capacité à assumer, en partie,
la responsabilité des déceptions de cette année » a précisé Charles Dayot.


tem40 Le: 04/09/19
Diverses atteintes à la liberté culturelle des aficionados s’étant produites ces derniers jours, et ayant abondamment été relayées dans la presse parisienne, l’ONCT tient à rappeler quelques principes fondamentaux qui s’appliquent pareillement dans le cas des attaques contre divers ministres ayant assisté des corridas à Mont de Marsan, Bayonne et Dax, contre des écoles taurines et contre une association d’aide aux enfants malades de l’hôpital de Dax, agressée pour avoir organisé une tombola taurine dont les recettes permettent d’égayer le quotidien de ces derniers.
Face à l’intégrisme animaliste, l’Observatoire national des cultures taurines ne peut laisser sans réponse les propos caricaturaux proférés à l’encontre de notre culture, trop souvent relayés sans examen par certains médias et responsables politiques.
Non, les arènes ne sont pas des mauvais lieux et les centaines de milliers d’aficionados qui s’y rendent chaque année ne sont pas des pervers et des sadiques. Il suffit pour s’en convaincre de s’interroger sur leurs motivations, dont la principale est l’admiration au spectacle de l’affrontement entre le taureau brave et l’homme, qui se transforme en quelques minutes en une harmonie poignante parce qu’éphémère. S’il en était autrement la tauromachie n’aurait pas intéressé des créateurs et des intellectuels tels que Picasso, Orson Welles, Leiris, Camus, Sartre, Simone de Beauvoir, Claude Lanzmann, Francis Bacon, Barceló, Vargas Llosa…
Parler de torture à propos d’un animal indompté, qui combat et dont les réactions sont jusqu’à sa mort redoutables pour le torero est une insulte pour les victimes réelles de cet acte odieux. Le bien-être animal est une notion relative et différente pour chaque espèce. Pour le taureau de combat, élevé en liberté et dans de vastes espaces préservés durant au moins quatre ans, alors que les autres bovins élevés pour leur viande sont abattus beaucoup plus tôt, on peut parler de bien-être ; sans compter les étalons et vaches braves élevés avec le même soin et respect dus à cette race exceptionnelle qui disparaîtrait aussitôt si la corrida était prohibée. N’est-il pas plus urgent de veiller au bien-être de certains animaux de compagnie confinés dans des espaces inadaptés et, trop souvent dans notre pays, abandonnés et condamnés à l’euthanasie ? Une culture et une tradition vivantes, déclarées légales en France, en Espagne, au Mexique et dans quatre autres pays, ne peuvent être prohibées pour satisfaire les pulsions totalitaires d’une minorité agissante et manipulatrice dont le comportement s’inspire du funeste maccarthysme qui fractura la société américaine dans les années cinquante. Ces attaques indignes sont contraires à l’esprit de la Convention de l’UNESCO sur le patrimoine culturel immatériel, signée et ratifiée par la France. À l’encontre de la liberté et de la diversité des cultures garanties par l’UNESCO, ces ONG et groupuscules prétendent restaurer la censure dans le champ culturel.
Ils n’y parviendront pas.


tem40 Le: 22/08/19
En attendant de le retrouver le 24 dans le ruedo de Mimizan, faena de Alvaro Lorenzo jeudi dernier à Gijon




Toros de Montalvo
Antonio Ferrera, oreja y oreja tras aviso.
Paco Ureña, ovación tras aviso y ovación tras dos avisos.
Álvaro Lorenzo -en sustitución de El Fandi-, oreja y oreja.

tem40 Le: 17/08/19
 «  1  2  3  4  5  6 ... 632  633  634  »
Image aléatoire
Galerie
Recherche