Visiteurs: 143168
Aujourd'hui: 30
 

  






Voir tous les toros qui combattront le 18 août : http://www.torosenmimizan.fr/articles/articles.php?id=243&cat=15

La billeterie est ouverte au : 07 71 59 96 99


Saragosse: Talavante marque les esprits

Plaza de Zaragoza. Dimanche. Quatrième de la Feria del Pilar. Lleno.
Six toros de Núñez del Cuvillo, De présentation inégale.1er, violent. 2ème, se laisse faire mais part aux planches. 3ème, grande classe à la muleta; applaudi à l'arrastre. 4ème avait de la bonté sur la gauche. 5ème, invalide. 6ème faible et sans race.
El Fandi: ovation et ovation.
José María Manzanares: oreille et silence après avis.
Alejandro Talavante: oreille après avis et ovation après avis.

Corrida marquée par le faenon de Talavante. Après un quite inédit à la cape - en forme d'ortecinas débutées comme des véroniques - Alejandro a exécuté une longue faena devant le meilleur toro de la tarde. Un toro jabonero, peu piqué, enracé, noble et vibrant qui humiliait sans méchanceté mais avec de la vibration. Il l'a consenti dans un terrain minuscule, en se plaçant au maximum à la corne contraire. Ses séries, données par le bas, furent agrémentées de longs pechos, de changements de mains spectaculaires et de créations saisissantes comme ces derechazos donnés dans le dos, au naturel donc, en laissant très peu d'étoffe pour faire passer les cornes. Une véritable œuvre d'art, un sommet, une faena de rabo s'il n'y avait eu l'épée qui limitera la prime à une seule oreille, après trois essais. L'estocade sera pour le sixième qui ne valait pas un pelo. Talavante aura marqué les esprits,hier à Saragosse.
Décidé, brillant à la cape et aux banderilles où il se fit prendre de vilaine manière mais sans dommage face au premier, El Fandi baissa d'un ton, comme il en a l'habitude, muleta en main. Il y avait pourtant de quoi faire avec son second.
Manzanares montra toute sa classe d'entrée à la cape avec sa manière particulière de toréer avec le corps: véroniques basses, ourlées, sensuelles. Faena un ton au dessus de l'opposant avec ce sens du temple qui le caractérise et de belles séries, lentes et élégantes exécutées à droite surtout. Bonne estocade. Il s'en vit des pierres pour tuer le dernier - brindé à la cuadrilla -, médiocre opposant.
C'était le jour de Talavante qui remate de très belle manière une grande temporada.
P.V.

Photo Nadège Vidal (archives)

http://www.plus.es/feriastaurinas/player_video.html?xref=20111009plucantor_2.Ves
http://www.corridasi.com/news/news.php

tem40 Le: 10/10/11
Votez NON à l'abolition de la corrida à Mexico
http://www.eluniversal.com.mx/votaciones/votac10188.html

Mobilisons-nous !! Les Antis eux n'oublient pas de voter

tem40 Le: 09/10/11
Virgen del Pilar: patronne de L'Espagne et de l'hispanité


Offrande des fleurs à la vierge


Offrande des fruits http://www.youtube.com/watch?v=yTNHlgjkQGs&feature=related

Feria taurine: ZARAGOZA - Feria del Pilar

Jeudi 6 octobre - Novillada
Novillos de Los Azores pour
Damián Castaño, Javier Jiménez et David Galván.

Vendredi 7 octobre - Corrida
Toros d’Ana Romero pour
Juan José Padilla, Miguel Abellán et Iván Fandiño

Samedi 8 octobre - Corrida
Toros d'Antonio Bañuelos pour
Serafín Marín, Alberto Álvarez et David Mora.

Dimanche 9 octobre - Corrida
Toros de Núñez del Cuvillo pour
El Fandi, Manzanares et Alejandro Talavante.

Lundi 10 octobre - Corrida
Toros de Benjumea pour
Uceda Leal, César Jiménez et Salvador Vega.

Mardi 11 octobre - Corrida
Toros de Las Ramblas pour
Enrique Ponce, Sébastien Castella et Morenito de Aranda.

Mercredi 12 octobre - Corrida
Toros de Juan Pedro Domecq et Parladé pour
El Cid, Miguel Ángel Perera et Daniel Luque.

Jeudi 13 octobre - Corrida
Toros d'Alcurrucén pour
Curro Díaz, Juan Bautista et Leandro.

Vendredi 14 octobre - Corrida
Toros de Prieto de la Cal pour
Fernando Robleño, Alberto Aguilar et Carlos Gallego.

Samedi 15 octobre - Corrida
Toros de Cuadri pour
Javier Castaño, Paulita et Iván García.

Dimanche 16 octobre - Corrida de Rejones
Toros de Los Espartales pour
Diego Ventura, Leonardo Hernández et Francisco Palha

Dimanche 23 octobre - Novillada
Novillos de San Román pour
Alberto Durán, Imanol Sánchez et Miguel Cuartero



tem40 Le: 09/10/11
Peut-être perdra-t-il l'usage de son oeil gauche, et peut-être son éternel sourire restera-t-il à jamais figé dans un triste rictus qui témoignera de la dureté d'une profession à nulle autre pareille. Mais il en faudra sans doute plus pour empêcher Padilla de retoréer.

En moins d'une seconde, une vie a basculé, et à quelques millimètres prés elle s'interrompait à jamais. Une glissade, une chute, un derrote à la volée... Cette scène, les aficionados y assistent des dizaines de fois chaque saison, et à chaque reprise, en visionnant les photos de cornes qui effleurent les visages, on se dit qu'il y a un ange gardien qui accompagne chaque torero, comme le banderillero José Mora dimanche dernier à Madrid (photo ci-dessus), qui passa à deux doigts du drame.

Sans doute le toit amovible qui, à Zaragoza, était fermé, n'a-t-il pas permis à celui qui s'échine depuis des années à protéger Padilla de s'approcher suffisamment de lui. Et la corne a frappé, perçant en un instant le visage et le crâne du torero. On pense bien sûr à Granero, mort à Madrid sous celle d'un toro de Veragua, mais aussi à Pepe Cardeno, défiguré à Séville par un de Prieto de la Cal, ou à Pauloba, qui plus jamais n'a retrouvé sa voix, et à tant d'autres, plus ou moins connus que Padilla.

Et quand le drame survient, la même question se pose : faut-il, pour répondre à l'attente du lectorat, céder à la tentation de publier ces clichés insupportables au risque de cautionner un voyeurisme malsain ? À lire la presse de ces deux derniers jours, on constate que le débat qui a longtemps agité les rédactions a perdu de son acuïté et plus personne ne résiste à la tentation. Nous y résisterons pourtant ici, au nom d'une pudeur que comprendrons tous ceux qui ont reçu une cornada : lorsque le monde bascule et que l'on ne s'appartient plus, personne n'a envie de donner aussi le spectacle de cet impuissance tragique à contrôler le cours de sa vie.

Même Padilla, pourtant habitué aux terribles blessures, céda un instant à la panique, quand, s'apercevant qu'il n'y voyait plus, pensa d'abord à ses enfants. Instant poignant qui mit les larmes aux yeux de tous les toreros.

Mais dés le lendemain, alors qu'il ne sait toujours pas qu'il ne retrouvera sans doute jamais la vue de cet oeil gauche que la corne a arraché de son orbite, les premiers mots de Padilla ont été pour son apoderado à qui il a demandé de ne pas annuler un seul de ses contrats américains. Merveilleuse folie de cet anticyclone atypique.


André Viard


http://www.terrestaurines.com/forum/actus/edit.php

tem40 Le: 09/10/11


Nouveaux incidents graves, hier à Rodilhan, lors de la finale de Graines de Toreros: une fois encore les antitaurins ont voulu perturber un spectacle légal qui se déroulait dans des arènes pleines. Voir même empêcher son déroulement. Nous avons vu des manifestations semblables à Mimizan et à Nîmes cette année; les antis agissant en toute impunité : l'absence de la police ou tout au moins son indifférence, son inanité, obligeant les spectateurs à faire eux-mêmes leur propre service d'ordre. Hier, tout c'est bien passé finalement et, les choses entrées dans l'ordre, le spectacle a pu se dérouler normalement.
Pendant ce temps, Midi Libre met en avant Claire Starozinski, patronne de l'Alliance Anti-Corrida et Christian Laborde, auteur d'un pamphlet qui appelle ouvertement au meurtre des aficionados, est pointé, dans un hebdomadaire national, comme une des personnalités les plus marquantes de la ville de Pau.
Que faire ? Ne pas nier la réalité, d'abord. Personne n'est à l'abri. Il n'y a pas de sanctuaire. Le constat d'une jeunesse déboussolée d'une part, dument stipendiée pour une autre et manipulée par des individus en quête de reconnaissance et de droits d'auteurs ne suffit plus. L'ignorance des Pouvoirs Publics et des élus sur la nature de l'"Antispécisme", cet anti-humanisme brutal, est coupable. Nous n'avons pas tout vu : gare aux Présidentielles!
Même si nous ne sommes pas dans l'air du temps nous avons le droit d'exister. Tachons d'être unis. Dépassons les querelles pour défendre l'essentiel. Parlons d'une seule voix. Nous avons des organes qui nous représentent, rangeons nous derrière eux. Ne nous laissons pas terroriser. Soyons solidaires. Nous avons déjà trop subi.
Pierre Vidal
Photo Paul Hermé www.torofiesta.com

http://www.corridasi.com/news/news.php

tem40 Le: 09/10/11
 «  1  2  3 ... 554  555  556  557  558  559  560 ... 589  590  591  »
Image aléatoire
Galerie
Recherche