Visiteurs: 170643
Aujourd'hui: 7
 

  



ALVARO LORENZO Pour ceux qui ne le connaissent pas !!!


Alejandro Marcos




MIMIZAN A CHOISI LES TOROS DU 24 AOUT



Ganaderia Maria Loreto Charro Santos



UN GRAND MARGE UN

Mont-de-Marsan, dimanche, troisième de féria, plein (plus de billet). Averses au cinquième toro.
6 toros de Robert Margé. Vuelta au troisième, numéro 120. Le sixième applaudi à l'arrastre. Le quatrième s'est blessé en tentant de sauter la barrière. 10 piques au total. Troisième, quatrième et cinquième très bien présentés.
El Fundi en vert bouteille et azabache: silence et silence.
Sébastien Castella en saumon fumé: une oreille protestée qu'il a jeté et silence.
Matias Tejela en neige et or: deux oreilles et une oreille.
Matias Tejela est sorti en triomphe.

Un grand toro, le troisième, qui n'a pas de nom mais qui porte le numéro 120 et qui a été honoré d'une vuelta unaniment fêtée. Toro qui a pris deux piques en partant de loin et qui s'est livré avec loyauté, émotion, mobilité. Un toro complet donc qui fait honneur à la ganaderia française. On s'en réjouit pour Robert et pour son fils qui misaient sans doute beaucoup sur ce jour.
En plus il est tombé sur un maestro, Matias Tejela, dans un de ses meilleurs jours qui a su se hisser à la hauteur de cet opposant classieux. Il a mené sa faena au centre, les pieds dans un mouchoir, centré le plus souvent et trouvant à gauche notamment le bon tempo. C'est important le tempo... il a conclu par une grande entière et a donc reçu les deux appendices mérités. Le dernier plus âpre avait cette pointe de danger qui fait l'interêt du spectacle. Matias volontaire en s'exposant souvent, parfois débordé certes, a su aguanter la difficulté et malgré une estocade en deux temps a ainsi rématé une tarde importante pour lui.
El Fundi est tombé sur un duo qui a manqué de transmission certes mais il ne s'est guère montré à son avantage; se livrant peu. Il reste un grand chef de lidia et ses mises en suerte ont été impeccables. Inquiétant Castella devant un lot noble, qu'il n'a pas dépassé comme il l'eut fait en d'autre temps. Souvent fuera de cacho, toréant sur le voyage, la muleta accrochée, il ne sut créer cette émotion qu'il nous a procuré si souvent. Il hérita d'une oreille de complaisance qu'il rejeta avec dignité. Son bilan montois est discret. On l'attend désormais à Bayonne où il aura une nouvelle chance de justifier sa réputation et sa popularité dans le sud-ouest.

Pierre Vidal

Photo: Nadège Vidal


tem40 Le: 18/07/11


Ce magnifique toro blanc de la ganaderia portugaise de Fernando Palha agé de 5 ans et pesant plus de 500 kilos sera écarté et feinté par les hommes de Toro Pasion jeudi à 21 heures aux arènes de Mimizan.
Un événement à ne pas manquer!

PV Le: 17/07/11
VENDREDI 5 AOÛT 2011
19H00

FERNAY
Devise : Or et noir
Ancienneté: 1953
Origines : Carlos Nuñez
Première sortie en arène : Novillada avec picador en 1957 Corrida de toros en
Novembre 1994
Marc SERRANO

JALABERT
Devise : blanche
Ancienneté: 1980
Origines : Marques de Domecq
Première sortie en arène : Novillada piquée en 1983 Corrida de toros en mai 1995

Né le 26 avril 1978 à Nîmes.
Début en Piquée le 16 mars 1996 à Arnedo
Alternative le 8 juin 2000 à Nîmes



GRANIER

Devise : bleu et blanc
Ancienneté : 1984
Origines : Veragua - Santa Coloma
Première sortie en arène : 1991 novillada / 1995 corrida Julien LESCARRET

YONNET

Devise : Vert blanc plomb
Ancienneté : 1989
Première sortie en arène : début sans picador 1992 novillada avec picador en 1993
Né le 18 août 1980 à Pessac.
Début en Piquée le 28 mai 2000 à Brocas de Forges.
Alternative le 7 juillet 2002 à Eauze.

DARRÉ

Devise : blanc et rouge
Ancienneté : 1992
Origines : Parladé et Gamero Civico
Première sortie e arène : Novillada sans Picador en mars 1997 - Novillada Piquée en septembre 2006 - 1ère Corrida en août 2008
Julien MILETTO


PAGÈS-MAILHAN
Devise : Azur et Blanc
Ancienneté: 2000
Origine : Santa Coloma et Parladé
Né le 25 décembre 1982 à Nîmes.
Début en Piquée le 18 février 2001 à Madrid.
Alternative le 20 septembre 2003 à Nîmes.


Les Toros de la corrida concours


« MARINERO »
FERNAY
« JUANITO »
JALABERT
« RENADIO »
GRANIER frères
« COMPANERO »
Ch. YONNET
« BANDOLERITO »
JL DARRÉ
« SEÑORITO »
PAGES-MAILHAN




Sortie N° NOM Naiss. ROBE ELEVAGE
1 85 MARINERO 10.04.2007 Castaño Oscuro O. FERNAY
2 129 JUANITO 28.06.2006 Castaño L.M JALABERT
3 52 RENADIO 15.03.2007 Cardeno GRANIER frères
4 3 COMPANERO 22.11.2005 Noir Chritophe YONNET
5 59 BANDOLERITO 12.04.2006 Noir Jean Louis DARRE
6 717 SEÑORITO 17.04.2007 Noir PAGES-MAILHAN
Sobrero : J L DARRE


Pourquoi une 2ième Corrida Concours Française ?

Longtemps considérée comme un parent pauvre de sa voisine ibérique, la tauromachie française à force de travail, d’engagement, et de passion, rivalise aujourd’hui avec elle à tous les niveaux.De l’élevage et la sélection du taureau, au sommet de « l’escalafon » des matadors, et aux postes subalternes, les français sont aujourd’hui présents.

(Communiqué du Club Taurin Vicois)
A noter que Julien Miletto, Julien Lescarret et les toros de JL Darré seront à Mimizan le 27...

PV Le: 17/07/11


Mont-de-Marsan, samedi, deuxième de féria. Plein (ou presque).
6 toros de Nuñez del Cuvillo passables de présentation. Le troisième excellent, le cinquième encasté, le sixième manso distraido.
El Cid en bleu en nuit et or: silence et saluts
Sébastien Castella en opale et or: silence et une oreille.
Alejandro Tlavante en tomate et or: deux oreilles et silence.
Salut du banderillero javier Ambel au quatrième.
Sortie en triomphe d'Alejandro Talavante.

Dans un monde noyé sous le virtuel où l'on nous fait prendre les vessies pour des lanternes et où on nous conte des fadaises en permanence, les hommes de vérité réunissent tous les suffrages. Et on le sait, la tauromachie n'est que le reflet du monde dans lequel nous vivons. Pour cela, la faena d'Alejando Talavante à l'excellent troisième Nuñez del Culvillo a fait frémir le Plumaçon comme rarement. Toujours engagé, marchant sans hésiter à la corne contraire, captant avec douçeur le fauve dans la muleta sans qu'elle ne soit jamais touchée, l'enfant de Badajoz a montré ce qu'était l'exacte tauromachie: prise de risque et respect de l'animal. Dans ce sens, avec sa personnalité propre, il marche sur les pas de José Tomas qui, d'ors et déjà tient son successeur. Son début par statuaire et son final par une grande estocade a recibir sont venus parachevés ce grand moment. Exacte vérité, essence du toreo vous-dis-je. Ce que l'on attend avec persévérance et qui nous délivre de la médiocrité habituelle. A son second, un manso décasté, il joua une partition, somme toute semblable, c'est à dire qu'il ne chercha pas à nous raconter des histoires, abrégeant, là où beaucoup en aurait rajouté.
El Cid est passé sans peine ni gloire, sans jamais se croiser et pratiquant le programme minimum d'une star qui ne se la joue que dans des circonstances exceptionnelles. Un contrat de plus... Sébastien Castella a souffert de la comparaison avec son jeune rival. Absent au premier tour, il a débuté de manière impressionnante par une changée au centre, au milimètre, son second. On attendait le grand Sébastien, dominateur et spectaculaire.. las, le bitterois câla devant un adversaire exigeant qui le déborda souvent, sa muleta accrochée ne fit plus merveille et ca lui coûta de rentrer dans le terrain de l'animal. Il se retrouva en fin de faena pour deux circulaires inversées et conclut d'un entière d'effet rapide. On lui a connu plus de détermination à ne pas se laisser manger la soupe surt la tête de la concurrence.
Il aura, face aux toros de son ami Robert Margé, ce soir, une nouvelle opportunité.

Pierre Vidal

Photo: N. Vidal

http://www.corridasi.com/news/news.php?p=422

PV Le: 17/07/11
 «  1  2  3 ... 614  615  616  617  618  619  620  621  622  623  »
Image aléatoire
Galerie
Recherche