Visiteurs: 184457
Aujourd'hui: 80
 
Le Club Mimizannais était bien représenté : voir photos :
http://www.torosenmimizan.fr/gallery/gallery.php?cat=26



Estoconazo de Juan Leal (photo R. Costedoat)

Malgré le harcèlement permanent des antis, peu nombreux en définitive (80 environ) et grâce à l'esprit de responsabilité des aficionados qui ne sont pas tombés dans le piège de la provocation, la Fiesta Campera de Rion-des-Landes s'est déroulée dans cette ambiance familiale qui la caractérise depuis des années. Avec cette année un nombre nettement plus important de spectateurs, malgré une température plutôt fraiche: 4° à peine .

Nouvelle manifestation illégale puisque non déclarée des antis , virulents, qui ont tout fait pour perturber la matinée sans y arriver, puisque tout s'est bien passé grâce à l'efficacité des organisateurs, du service d'ordre qui avait pris la chose au séreux et du sang froid du public face aux agressions verbales. A noter cependant que Juan Bautista a été retenu alors qu'il prenait son petit déjeuner dans un café, que le camion des vaches de Jean Louis Deyris qui occupaient le ruedo avant le spectacle a été bloqués; une dizaine d'antis ayant réussi à entrer dans les arènes dont ils furent déloger sans délais. Plusieurs de ces manifestants ont été mis en garde à vue et plusieurs plaintes de particuliers comme des organisateurs ont été enregistrées. Les élus ont siégé à la présidence avec l'écharpe tricolore et le maire de Rion, Joël Goyenetche a été longuement applaudi.

Tout cela ne doit pas faire oublier l'essentiel: les toros. Cinq exemplaires solides et costauds des frères Jalabert, au comportement varié. Le premier s'est révélé dur, compliqué sous la muleta avec du réel danger. Juan Bautista, avec la toreria qui le caractérise, le passa parfaitement à la cape. La faena fut courte mais efficace. Il tua au premier essai et coupa un trophée. Le second manso, partait aux planches et c'est là que César Jimenez après avoir brillé à la cape dans une élégante série de chicuelinas, construisit son trasteo. Il sut extraire tout le suc de cet adversaire avec classe et cette personnalité toute particulière qui mérite un meilleur accueil dans le sud-ouest (2 oreilles).

Juan Leal toucha le gros lot: un novillo noble avec de la transmission qui fit la vuelta. Juan se montra à la hauteur de cette excellente matière-première; Il montra son courage d'emblée par une série de changées au cente de la piste qui donnèrent le ton d'un travail bien dans le rythme et surtout ajusté au millimètre, toujours dans le berceau. S'exposant un maximum, il se fit prendre sans mal et revint sous les bravos des gradins réchauffés pas cette générosité. Estoconazo et gros succès de l'arlésien qui coupa un rabo et fit un tour de piste très fêté.

Peu de chose à dire de Francisco José Espada qui tomba sur un novillo faible qu'il tua mal (silence). Clemente termina de belle manière en soumettant avec autorité un adversaire qui avait son lot de complications. Il montra sa maturité. C'est un réel espoir pour la tauromachie française. Il tua lui aussi d'un impressionnant volapié qui lui valut une oreille. Il avait reçu en piste, des mains de Miguel Darrieumerlou, le prix de l'association des critiques taurins du sud-ouest .

On put rejoindre ensuite le chapiteau bourré à craquer pour des agapes roboratives: garbure aux petits oignons, daube de toro exquise, fromage et gâteaux. Les antis étaient alors loin des cœurs et des esprits... les organisateurs avaient largement gagné leur pari.

Pierre Vidal

Bautista : oreille
Cesar Jimenez : deux oreilles
Juan Leal : deux oreilles et la queue
Fransisco José Espada : ovation
Clemente : deux oreilles





tem40 Le: 25/11/13
Jacques Teissier: Aumonier des toreros Les vaches de Rion
Image aléatoire
Galerie
Recherche