Visiteurs: 178153
Aujourd'hui: 153
 

  

BILLETTERIE
La billetterie pour la corrida du 24 août à Mimizan est ouverte par téléphone au 07 71 59 96 99.

PERMANENCES
La semaine du lundi 5 au jeudi 8 août: aux guichets des arènes de 9 h à 13 h. Vendredi 9 au Forum de Mimizan Bourg de 9 h à 13 h.
La semaine du lundi 12 août au mercredi 14 : aux arènes de 9 h à 13 h et les après-midi de 13 h à 19 h ( à l'exception du mardi ). Vendredi 16 août au Forum de Mimizan Bourg de 9 h à 13 h.
La semaine du 19 août, tous les jours , aux Arènes de 9 h à 19 h, à l'exception du mardi après-midi
[/b].





Photo : G.Simon


A 35 km de Salamanca, dans ce magnifique pays dédié au toro, la finca Peña de Cabra abrite la ganaderia Maria Loreto Charro Santos. Ce fer, qui remonte à l’année 1788, après de nombreuses transmissions familiales se trouve dans les mains de Maria Loreto Charro depuis 1990. Ces toros, issus de vaches d’origine El Torreon et de sementales de Garcigrande sont élevés avec passion et amour afin d’obtenir un animal noble qui permette aux toreros de s’exprimer et de donner cours à leurs formes d’interprétation du toreo.
Mimizan a su leur donner sa chance et a été récompensé en 2017 avec 7 oreilles coupées et le mayoral et les 3 toreros, Padilla, Escribano, Tomas Campos sortis à hombros, puis en 2018 : El Fandi, Tomas Campos à hombros et 1 oreille pour Juan del Alamo.
C’est la troisième fois que cet élevage qui commence à se faire une place dans toutes les arènes d’Espagne et de France foulera le sable des Arènes du Courant à la grande satisfaction de tous, toreros et aficionados.




MANUEL ESCRIBANO
Né à Séville le 21 août 1984. Après être passé par l’Ecole Taurine de Seville , il fait ses débuts en piquée en 2001 puis passe l’alternative à Aranjuez le 19 juin 2004. Il coupe 2 oreilles au second de Victoriano del Rio.
C’est un torero classique et varié. Il est doté d’un large répertoire, élégant aux banderilles, n’hésitant pas, souvent, à attendre son adversaire à puerta gayola. Sa ténacité, son courage et sa technique lui permettent d’affronter tout type de toros.
En 2013, en remplacement de El Juli hospitalisé, il triomphe à Séville en coupant 2 oreilles à un Miura et rendit une visite d’amitié à El Juli partageant ainsi son triomphe.
Le 13 avril 2016 à Seville, il entre dans le panthéon de la tauromachie en obtenant la grâce de « Cobradiezmos » toro de Victorino Martin. En 2 siècles de tauromachie ce fut le 2ème indulto dans cette plaza après Manzanares en 2011.
Gravement blessé le 7 septembre 2016, il était revenu à son meilleur niveau à force de volonté et de courage. En 2017 à Mimizan, il coupa 2 oreilles.
De nouveau blessé gravement le 30 mai 2019 , il donna rendez vous sur son lit d’hôpital, à ses aficionados, à Utrera le 22 juin. Personne n’y croyait … il tint parole et revint triomphant face aux Miura, coupant 2 oreilles puis indultant « Tahonero » .Grand toro et grand torero. Et le 29 juin à Soria, il coupe 1 oreille à chacun de ses adversaires, toros de Victorino Martin.
Retour réussi !

En 2018, il toréa 27 corridas, coupant 28 oreilles. 18ème de l’escalafon.




Alvaro LORENZO : « un futur grand du toreo » (Zocato)
Né à Tolède le 2 août 1995
En 2013, il débute en piquée et remporte le Zapato de Oro. Le 14 mai 2016 à Nîmes, il prend l’alternative des mains de El Juli en présence de Castella.
15 jours plus tard, à Tolède, le CTM , lors de son voyage de printemps, découvre ce que l’aficion désigne déjà comme une future grande figura : corrida de Garcigrande et Domingo Hernandes aux côtés de El Juli et Ponce.
Alvaro Lorenzo est l’un des toreros qui incarne le mieux cette nouvelle génération qui pousse les anciens à se surpasser pour ne pas perdre leur place. Jeune torero authentique au caractère fort, il sait allier esthétique et combativité. Son toreo est très appliqué, fait de derechazos très templés, d’une main gauche douce, soyeuse.
Le 1er avril 2018, il est sorti par la grande porte à Madrid coupant 3 oreilles aux toros de EL TORERO.
Les grandes arènes ne s’y trompent pas : Séville, 3 fois à Madrid, Mont de Marsan, Dax, Bayonne et enfin MIMIZAN !
En 2018, il a toréé 36 corridas, coupant 58 oreilles, 7 ème de l’escalafon.



Alejandro MARCOS
Né le 3 avril 1994 à FUENTE DE SAN ESTEBAN (Salamanca) a suivi l’école taurine de Salamanca et débute en piquée le 6 avril 2014. En 2015, il gagne le Zapato de Oro et le 25 juillet 2017 il prend l’alternative à Santander où il triompha : toros de Olga Jimenez avec Manzanares et Talavante. C’est un torero à forte personnalité, qui torée avec beaucoup de sentiment et de courage, deux conditions fondamentales pour être torero.
En 2018 il a toréé à 4 reprises coupant 8 oreilles. Il est 66ème de l’escalafon.
Alejandro bénéficie de l’appui de l’Ayuda, et le CTM est heureux de contribuer à le faire connaître en France et lui souhaite grande et longue carrière.






Diverses atteintes à la liberté culturelle des aficionados s’étant produites ces derniers jours, et ayant abondamment été relayées dans la presse parisienne, l’ONCT tient à rappeler quelques principes fondamentaux qui s’appliquent pareillement dans le cas des attaques contre divers ministres ayant assisté des corridas à Mont de Marsan, Bayonne et Dax, contre des écoles taurines et contre une association d’aide aux enfants malades de l’hôpital de Dax, agressée pour avoir organisé une tombola taurine dont les recettes permettent d’égayer le quotidien de ces derniers.
Face à l’intégrisme animaliste, l’Observatoire national des cultures taurines ne peut laisser sans réponse les propos caricaturaux proférés à l’encontre de notre culture, trop souvent relayés sans examen par certains médias et responsables politiques.
Non, les arènes ne sont pas des mauvais lieux et les centaines de milliers d’aficionados qui s’y rendent chaque année ne sont pas des pervers et des sadiques. Il suffit pour s’en convaincre de s’interroger sur leurs motivations, dont la principale est l’admiration au spectacle de l’affrontement entre le taureau brave et l’homme, qui se transforme en quelques minutes en une harmonie poignante parce qu’éphémère. S’il en était autrement la tauromachie n’aurait pas intéressé des créateurs et des intellectuels tels que Picasso, Orson Welles, Leiris, Camus, Sartre, Simone de Beauvoir, Claude Lanzmann, Francis Bacon, Barceló, Vargas Llosa…
Parler de torture à propos d’un animal indompté, qui combat et dont les réactions sont jusqu’à sa mort redoutables pour le torero est une insulte pour les victimes réelles de cet acte odieux. Le bien-être animal est une notion relative et différente pour chaque espèce. Pour le taureau de combat, élevé en liberté et dans de vastes espaces préservés durant au moins quatre ans, alors que les autres bovins élevés pour leur viande sont abattus beaucoup plus tôt, on peut parler de bien-être ; sans compter les étalons et vaches braves élevés avec le même soin et respect dus à cette race exceptionnelle qui disparaîtrait aussitôt si la corrida était prohibée. N’est-il pas plus urgent de veiller au bien-être de certains animaux de compagnie confinés dans des espaces inadaptés et, trop souvent dans notre pays, abandonnés et condamnés à l’euthanasie ? Une culture et une tradition vivantes, déclarées légales en France, en Espagne, au Mexique et dans quatre autres pays, ne peuvent être prohibées pour satisfaire les pulsions totalitaires d’une minorité agissante et manipulatrice dont le comportement s’inspire du funeste maccarthysme qui fractura la société américaine dans les années cinquante. Ces attaques indignes sont contraires à l’esprit de la Convention de l’UNESCO sur le patrimoine culturel immatériel, signée et ratifiée par la France. À l’encontre de la liberté et de la diversité des cultures garanties par l’UNESCO, ces ONG et groupuscules prétendent restaurer la censure dans le champ culturel.
Ils n’y parviendront pas.


tem40 Le: 22/08/19
En attendant de le retrouver le 24 dans le ruedo de Mimizan, faena de Alvaro Lorenzo jeudi dernier à Gijon




Toros de Montalvo
Antonio Ferrera, oreja y oreja tras aviso.
Paco Ureña, ovación tras aviso y ovación tras dos avisos.
Álvaro Lorenzo -en sustitución de El Fandi-, oreja y oreja.

tem40 Le: 17/08/19
Il n'est pas bon être mimistre et aficionado !!



Le ministre de l'agriculture "épinglé" par les associations de défense de la cause animale pour avoir assisté à la goyesque mercredi à Bayonne !!
Pourvu, qu'en plus, il ne chasse pas !!!!!


tem40 Le: 16/08/19
Toros de Torrestrella, Puerto de San Lorenzo y Pedraza de Yeltes -de vuelta el quinto-.
Daniel Luque, en solitario, oreja, ovación, oreja, palmas, dos orejas y rabo tras aviso y ovación.




tem40 Le: 15/08/19
Tomas Campos, très apprécié des aficionados mimizannais,souffre d'une fracture-luxation du tibia avec déplacement de l'articulation.
Bon courage à lui





tem40 Le: 15/08/19
 1  2  3  4 ... 629  630  631  »
Image aléatoire
Galerie
Recherche