Visiteurs: 245271
Aujourd'hui: 58
 

  ASSEMBLEE GENERALE 2020 du CLUB TAURIN MIMIZANNAIS

Ce n’est que le 11 juin 2021, que nous avons enfin pu nous réunir pour l’Assemblée Générale 2020, et ce fut un réel plaisir de se retrouver enfin.
Seuls les membres du Conseil d’Administration étaient convoqués. La faute à qui ? …au covid19.
Quelques membres étaient excusés : G.Pons, J.Costarramone, B.Gaston, V.Lafite, M.Castellano.
Nous avons pu faire connaissance avec P.Tejedor le correspondant de Sud Ouest à Mimizan aficionado sympathique qui rejoint le CTM. Bienvenue à lui.

RAPPORT MORAL
Voté à l’unanimité.

2020, année dont on se souviendra et pourtant …il n’y eut que 3 rendez vous du CTM cette année là.

Le 28 février dans la Salle des Fêtes de Sainte Eulalie, Conférence « LES COULISSES DE LA CORRIDA ».Mano a mano entre deux « pros » de la tauromachie qu’on retrouve dans le callejon des différentes plazas de France et d’Espagne.
ZOCATO , chroniqueur taurin bien connu, conteur intarissable, journaliste et écrivain landais lauréat du prix Hemingway en 2008 et du grand Prix de Littérature 2017 de la Feria de Millas, est un familier du CTM dont les membres ont déjà apprécié l’éloquence et la verve incomparables.
JEAN LUC DUFAU partage son temps entre la France et l’Espagne, basé à Salamanca, il fut « mozo de espada » de nombreux jeunes toreros et de quelques figuras tels Sergio Flores , Juan de Alamo bien connu de Mimizan et Talavante.
Ce mano a mano, haut en couleur, offrit un éclairage inédit sur le monde de la tauromachie et la soirée se clôtura par un sympathique repas.

Le 6 août : « LANDES EMOTION » spectacle toujours très apprécié des autochtones et des touristes. Les acteurs, véritables athlètes partagent leur passion et font connaître l’histoire et les racines de notre région.

Soirée des Partenaires.
La temporada se termina par un cocktail au Casino de Mimizan ce qui nous donna l’occasion de recevoir et remercier les sponsors et partenaires indispensables à la réalisation de notre corrida.

Lorsque nous nous séparâmes, nous ne nous doutions pas de ce qui nous attendait …



RAPPORT FINANCIER
Voté à l’unanimité.
Le rapport financier montre un déficit de 1627 € dû aux frais de fonctionnement. La trésorerie est de 47138 €.
2020 ayant été une année blanche, il n’a pas été fait appel à renouveler son adhésion. La faute à qui ? : au covid 19

REELECTION DU TIERS SORTANT
Voté à l’unanimité

ELECTION DU BUREAU
Elu à l’unanimité.
Nous comptons 3 démissions N.Lafaurie, B.lafaurie et G.Larrazet qui seront remplacés par JL.Triscos, V.Lafite et Maylis Laborde Lezer.
Le bureau se compose de la manière suivante :
Président : F.Villenave
Vice Président : JL.Triscos
Trésorier : Ph.Froustey
Trésorier adjoint : V.Lafite
Secrétaire : MJ.Bégué
Secrétaire adjointe : M.Laborde Lezer.
Membres actifs : J.Dugied, B.Gaston, F.Baillet


PROJET 2021
La grande question : CORRIDA SI OU NO ? le 21 août 2021.
D’après nos calculs la corrida serait réalisable avec une jauge de 75% au minimum 70%.
La question a été mise au vote : tous les membres ont voté la réalisation de la corrida à l’exception d’une abstention.
Il faudra prévoir un protocole sanitaire établi avec la municipalité et une clause qui précisera que la corrida serait annulée si la jauge est inférieure à 70%.
La billeterie et réservations seront assurées par N.Larazet et Ch.Tastet.
La messe traditionnelle sera assurée mais sans la procession de la Virgen del Rocio. La faute à qui ? : le covid 19.
Monsieur le Curé Coucourron prend une retraite bien méritée mais restera fidèle au CTM. Il a été promu à l’unanimité Aumonier des Arènes de Mimizan. Le lendemain de la corrida, soit le 22 août, il est prévu une messe pour ses adieux suivi d’une auberge espagnole. Il est souhaitable que le CTM y soit bien représenté. Des infos suivront.
Revenons au 21 : Un repas suivra mais sous une autre forme : pas de traiteur et service sur plateau. Il faudra prévoir des petits chapiteaux pour se protéger du soleil et éventuellement de la pluie.
Bernard Lafaurie qui a œuvré avec succès pendant des années afin de trouver des sponsors et partenaires prenant une « retraite bien méritée », est difficilement remplaçable. Le Président suggère que chacun d’entre nous tente de trouver 1 ou 2 partenaires et plus si possible.

Quelques membres de la commission taurine sont allés visiter 3 ganaderias et ont pratiquement choisi les toros, ils vont se mettre maintenant en quête de toreros.

Le voyage au Portugal pourrait avoir lieu début octobre. Vous serez très vite informés.

Le Président a tenu à souligner que cette année est cruciale, véritable tournant pour notre club dont la survie dépendra de l’union et la détermination de tous ses membres.

Imaginons le plaisir que nous éprouverons le 21 août quand nous nous installerons dans les gradins, alors : haut les cœurs et M… au covid 19
San Lucar de Barrameda ce 6 juin : Indulto de Faraon par El Juli



tem40 Le: 10/06/21




UVTF : Assemblée Générale 2021...



Après avoir salué par acclamations le retour de la Ville de Nîmes en son sein et approuvé à l'unanimité la gestion financière pour laquelle il a été donné quitus aux administrateurs, l'AG de l'UVTF tenue le 7 juin à Toulouse a également validé à l'unanimité le compte-rendu d'activité et approuvé la poursuite des actions engagées.


1 / Nécessité de poursuivre l'implantation d'un nouveau modèle économique basé sur le rééquilibrage de l’offre et de la demande, au travers de l'instauration d'un dialogue constructif avec les syndicats professionnels, en concertation étroite avec les organisateurs.
À ce titre, l'UVTF invitera les uns et les autres à une réunion de calage pour la saison 2022 à partir des enseignements tirés de celle de 2021, l'objectif étant de pérenniser une approche équitable en remplaçant le rapport de force par une acceptation des risques partagés, ce qui implique le maintien des clauses de résultat dans les grandes arènes et celui du libre marché, hors convenio, dans les autres.
Le président Bernardini a insisté sur la nécessité de renforcer la solidarité entre les villes et les organisateurs pour parvenir à imposer ce modèle français.
2 / Afin de soutenir l'activité, l’AG a voté la suspension exceptionnelle des contributions relatives au 1% et au 0,50 € par place pour la saison 2021, mesures rendues possibles grâce à la bonne gestion des ressources. L'AG a également approuvé à l'unanimité le budget prévisionnel présenté sur cette base.
3 / Le projet d’École d’aficion, approuvé par l’AG en 2019 et suspendu depuis pour raisons sanitaires est relancé. Dès à présents, villes et organisateurs seront informés de ses modalités et incités à faire acte de candidature. Le prochain CA qui se tiendra à
l'automne fixera l'enveloppe retenue pour ce projet dont le principe est de soutenir organisateurs, éleveurs français et écoles taurines, à partir d'activités culturelles tournées vers l'initiation d'un public nouveau et de proximité.
4 / Le protocole relatif au premier tercio avec obligation d'utiliser dans toutes les arènes la pique française a été ratifié. Il a été rappelé que l'obligation d'utiliser cette pique "Bonijol" n'interdit pas de choisir une cuadra différente et que pour les organisateurs cela ne représente aucun surcoût.
Les Villes se sont engagées à faire respecter ces dispositions par leurs délégataires, mandataires ou associations organisatrices dans l'intérêt du spectacle.
Dans le même ordre d'idée, il a été également confirmé que des tests de prototypes pourront être effectués, après accord des organisateurs, du ganadero et des toreros, sous contrôle des vétérinaires de l'AFVT qui rendront compte de leurs observations.
5 / L'UVTF, consciente des difficultés rencontrées par divers organisateurs dont les arènes sont situées dans un "désert médical" compris dans une zone s'étendant à l'est du département des Landes, à l'ouest de celui du Gers et au nord des Pyrénées Atlantiques, établira un audit destiné à évaluer les besoins en matière d'infirmeries et contribuera aux dépenses indispensables au maintien de l'activité selon des modalités que le CA définira à l'automne.
6 / Au niveau judiciaire, le bâtonnier Dufranc, secrétaire général de l'UVTF, a rappelé les procédures en cours et invité les villes à se rapprocher de l'UVTF en cas de plaintes, la centralisation des dossiers étant la meilleure garantie d'organiser une défense coordonnée et efficace.
7 / Benoît D'Abbadie, vice président délégué, a enfin rendu compte des doléances formulées par la FSTF lors de ses "états généraux".


(communiqué)


tem40 Le: 10/06/21



Le festival en hommage à Rafael Cañada blessé gravement à Valence il y a 2 ans, prévu le 12 juin à Bayonne, est reporté à une date ultérieure.


"Ce qui m'aide vraiment c'est la chaleur de mes proches."
"C'est toujours la faute du torero, on ne peut pas accuser un animal qui par définition est irrationnel." R. Cañada



tem40 Le: 09/06/21
GANADERIA JANDILLA
Viernes 23 de julio. Toros de Jandilla para Enrique Ponce, Daniel Luque y Thomas Duffau.



GANADERIA ADOLFO MARTIN
Sábado, 24 de julio. Tarde. Toros de Adolfo Martin para Antonio Ferrera, como único espada.



GANADERIA PEDRAZA DE YELTES
Domingo, 25 de julio. Tarde. Toros de Pedraza de Yeltes para López Chaves, Alberto Lamelas y Gómez del Pilar



GANADERIA ALCURRUCEN
Sábado, 24 de julio. Matinal. Toros de Alcurrucén para Diego Urdiales, Paco Ureña y Emilio de Justo.



tem40 Le: 05/06/21

COMPTE RENDU D’AUDIENCE SPA / VILLE DE DAX / JUAN LEAL






L’audience consécutive à la citation directe de la SPA contre la ville de Dax et Juan Leal a eu lieu jeudi après-midi 1er juin et a duré plus de trois heures.

L’impression qui en ressort est une écoute attentive de la part du tribunal et du ministère public, qui ont souhaité approfondir la dimension culturelle de la tauromachie, posant de nombreuses questions aux intervenants, dont le président de l’ONCT, cité comme témoin par la défense, qui a pu démontrer que le sentiment universel de dépassement de soi explique l’existence de tauromachies dans toute la culture indo européenne partout où existaient des toros sauvages, ce qui est le cas de la région de Dax où la vache des marais peuplait le littoral aquitain et le bassin de l’Adour.

La nature belliqueuse du toro explique la fascination qu’il provoque et le désir de se mesurer à lui. Du taureau on fit un dieu dès avant le néolithique. Cette vénération qui entoure le toro explique l’émergence de chasses ou jeux sacrificiels communs à toutes ces régions, réunis par Rome en spectacle dans ses amphithéâtres puis conservés par les Francs et les Wisigoths grâces aux races autochtones sauvages, dont celle des marais landais. La trace de ces jeux ne remonte « qu’à » 1289 à Bayonne, 1457 à Saint-Sever, et si aucune fête taurine médiévale n’est documentée à Dax, au cœur du bassin de la race marine où elles existaient aussi à l’occasion des foires, comme à Aire, Moumour en 1470 ou Bazas, c’est que les archives de l’époque antérieure sont à la Tour de Londres et qu’une partie de celles des siècles postérieurs fut brûlée durant la révolution.

Ce que les documents ne disent que de manière incomplète (concernant Dax la première course de rue interdite en vain date de 1635), les populations le montrent : l’affrontement du toro appartient à l’ADN de nos régions. Les modalités ont changé au fil des millénaires mais la nature du combat demeure : l’homme donne la mort au toro en lui offrant sa vie.

La première course « à l’espagnole »documentée dans la région date de 1701 à Bayonne. 320 ans.Mais la première tauromachie représentée le fut il y a 28000 ans à Villar, prés de Lascaux, où l’on voit un homme défier l’aurochs pour le tuer afin d’assurer la subsistance des siens. Dans les Pyrénées toute proches on a recensé plus de 30 grottes protégées par le «zezengorri », taureau rouge protecteur du monde souterrain, descendant navarrais de l’aurochs, comme la race marine ici.

Nier l’existence de la culture taurine à Dax et dans sa région est du négationnisme : plus du double de sa population passe chaque année dans ses arènes. Parler de cruauté comme le fait la SPA s’explique par l’anthropomorphisme qui fait des ravages dans notre société : le taureau de combat n’a rien à voir avec les animaux de compagnie qui croupissent à perpétuité dans les cages de la SPA ou finissent euthanasiés dans les fourrières : plus de cent mille chaque année selon diverses sources, cent fois plus que de toros combattus dans les arènes. Comparé à ces malheureux animaux, le toro vit en liberté et meurt conformément à sa nature de combattant, entouré d’un respect unanime.En parlant de cruauté, la SPA induit que le matador qui tue le toro serait un être vil capable de torturer le teckel de sa grand-mère, de cuire un chat vivant dans le micro onde ou de tirer sur son chien, monstruosités que la loi sanctionne à juste titre, alors qu’elle autorise les corridas, précisément parce que leur dimension culturelle exclut tout soupçon de cruauté. La SPA se trompe de combat. Elle aime sans doute les animaux mais toreros et aficionados vénèrent le toro.

Le tribunal a apprécié que Julien Dubois, maire de Dax, soit venu défendre avec sincérité et passion l’identité taurine de sa ville, comme Jean-René Etchegarray et Robert Ménard l’avaient fait chez eux.Il a rappelé que ce patrimoine fait partie de l’identité de Dax, de sa culture, et qu’en tant qu’élu, même s’il n’avait pas fréquenté les arènes depuis son jeune âge, il se devrait de le défendre et de le revendiquer au nom de l’histoire. « Je n’oublie pas, a t-il précisé, et les dacquois non plus, que voici plus d’un siècle un maire de Dax fut révoqué pour avoir autorisé une course de taureaux que le ministre de l’intérieur avait interdite car la loi était différente. Et chacun sait à Dax que le maire révoqué fut réélu triomphalement et devint ministre. Je n’oublie pas non plus qu’un autre maire de Dax fut rapporteur de l’exception culturelle attribuée aux régions de tradition, votée par le parlement et confirmée depuis par le conseil constitutionnel. Je serais donc un piètre successeur de ces grands maires de Dax si je n’étais pas comme eux capable de défendre ce patrimoine profondément ancré dans le coeur de nos administrés et bien au-delà. Aujourd’hui la loi est de notre côté et l’évidence s’impose : la tradition taurine est incontestable à Dax, pérenne dans sa forme actuelle depuis un siècle et demi, mais bien auparavant dans sa version gasconne, à tel point que même le COVID ne l’a pas interrompue puisque Dax fut la seule arène du sud-ouest à organiser une corrida l’an passé malgré un contexte sanitaire très défavorable, mais que le civisme des aficionados permit de dépasser ».

Le tribunal a apprécié aussi que Juan Leal ait fait le déplacement de Séville pour défendre son honneur avec intelligence et passion, de même que les interventions de Jean-François Magesté (éleveur), Yves Charpiat (président des vétérinaires taurins), Jean-Michel Mariou (auteur d’un livre sur Juan Leal) et André Viard (président de l’Observatoire) cités comme témoins par la défense.

Nos avocats ont été brillants, Michel Duffranc particulièrement, dans une faena profonde alliant virtuosité technique et sentiment.Sur le fond nous obtiendrons sans doute satisfaction et peut-être même avons-nous une petite chance d’obtenir une condamnation de la SPA à des dommages pour procédure abusive. Ce qui serait un triomphe.

Verdict le 9 septembre, la veille de « Toros y Salsa »...

André VIARD


tem40 Le: 05/06/21
 1  2  3  4 ... 659  660  661  »
Image aléatoire
Galerie
Recherche