Visiteurs: 115404
Aujourd'hui: 746
Image aléatoire
Galerie
Recherche
 

  

Le CTM s'était déplacé, Thierry Reboul aussi .


Photo I.Dupin



Le soleil et des températures « raisonnables » étaient de retour ce lundi pour la dernière corrida de la Féria de Vic 2017. Corrida évènement puisque c’était celle de l’alternative de Manolo Vanegas et qu’elle était retransmise par la nouvelle chaine de télévision « Taurocast ».

La course a commencé par un hommage et une minute d’applaudissements à la mémoire de Philippe Cuillé, le ganadero, organisateur et surtout apoderado avec Didier Cabanis du jeune torero vénézuélien. trop tôt disparu.
Alternative de prestige puisque le parrain en était Curro Diaz, le témoin Juan Bautista et les toros provenaient de la ganaderia Alcurrucen. Exigences vicoises obligent, les Lozano ont confectionné un lot de six toros lourds, très bien armés. Au plan moral, ils se sont comportés en Carlos Nuñez. Froids à leur entrée en piste, ils se sont allumés sous le fer, en étant plus mansos con casta que braves. A la muleta, ils ont été exigeants. Face à eux le jeune doctorant a fait preuve d’une étonnante maturité technique et du courage qui était sa marque en novilladas. Il a apporté la confirmation et la preuve qu’affronter toutes les encastes prépare bien mieux un novillero à être matador que toutes les séances de toréo de salon dans les Ecoles Taurines. Le parrain a parsemé, comme souvent, ses faenas de détails artistiques. Le témoin Juan Bautista, nullement éprouvé par son solo nîmois et le transfert entre le Gard et le Gers. a réalisé à son premier une superbe faena alliant technique et sens artistique qui appelle d’autres participations de l’arlésien à la Féria Vicoise dans les années à venir. A la présidence, Joaquin Camacho, avec beaucoup d’humour et de pédagogie a obtenu que le public réclame la première oreille de façon visible en agitant un mouchoir.
C’est à 17h22 que Manolo Vanegas est devenu matador de toros. Quelques minutes auparavant est sorti du toril vicois, un toro colorado bas, lourd et bien armé. Il a pris trois piques sans vraiment pousser sortant seul des deux dernières. Avec une charge courte et brusque. Il se retourne vite et ne permet pas l’erreur. Avec beaucoup de calme, de recours et de courage, le vénézuélien construit une faena, essentiellement droitière, au cours de laquelle il règle le comportement du toro. Il lui impose sa volonté, le gardant au centre alors qu’il montre un intérêt certain pour les tablas. Le jeune torero s’engage avec beaucoup de sincérité pour une entière un brin tombée et très efficace. Manolo coupe la première oreille de sa carrière de matador.
Le second, lui aussi bien présenté, déborde Curro Diaz à la cape. Il est mal piqué à trois reprises. Le torero de Linarès commence sa faena par de très élégants doblones. La première série à droite est un peu marginale et forcée. Par contre, il se relâche pour les deux suivantes données avec énormément de temple. Un essai à gauche est loin d’être concluant. Le toro a un peu baissé de ton et le torero n’insiste pas. Il s’engage pour une superbe estocade entière et surtout foudroyante qui lui permet de couper une oreille.
Le troisième prend trois bonnes piques en poussant. Comme le premier, il a une charge brusque et se retourne vite. Avec beaucoup de sérénité et d’autorité, Juan Bautista lui impose sa volonté, règle sa charge à droite et peut alors enchainer de très belles séries de derechazos. Toro et torero transmettent beaucoup d’émotion. Même scénario à gauche, ce n’est pas la meilleure corne du toro, mais les naturelles emportent l’adhésion du public. L’adorño final est splendide. Juan tente une estocade à recibir, malheureusement il pinche. Courageusement, il tente une autre épée à recibiendo qui sera très efficace, bien que légèrement tombée. Le torero coupe une oreille de poids, l’arrastre est applaudie. Le torero arlésien est en très grande forme et sa prestation à Vic le confirme.
Le quatrième sera le moins intéressant du lot. Il prend deux piques en poussant sans grande conviction. Abanto à sa sortie en piste, il est tardo et handicapé par un manque de forces à la muleta. La première série est dans le style de Curro Diaz. Mais le toro se défend, il envoie des coups de têtes à chaque fin de passe. Le torero essaie de le faire humilier, mais le bicho ne s’investit pas. Curro Diaz n’a pas envie d’insister et prend l’épée de mort. Il tue d’une entière tombée et hémorragique après avoir pinché une première fois.
Le cinquième est marqué du fer de Lozano Hermanos, même propriétaires et origines qu’Alcurrucen. Il prend trois piques en chargeant avec plus de violence que de bravoure. Jean Baptiste amène le toro au centre. Le bicho est compliqué. Il a lui aussi un coup de tête gênant en fin de passe. Avec beaucoup d’autorité, l’arlésien le règle puis tire de bonnes séries, les meilleures possibles compte tenu du contexte, des deux mains. L’épée, trasera, n’est pas concluante et le toro ne tombe qu’au second descabello. L’arlésien qui a réussi à créer une alliance avec le public vicois salue au tiers.
Le dernier est un costaud. Il sort en boitant, boiterie qui disparaitra au début du troisième tiers. Il prend quatre piques en sortant rapidement et surtout seul, provoquant une chute à la troisième. En définitive, il est peu piqué. La faena est brindée au public. Avec un métier étonnant pour un torero qui prend l’alternative, Manolo Vanegas enchaine des séries courageuses et souvent dominatrices à droite. A gauche le toro est moins clair mais le torero ne recule pas devant la difficulté. Le bicho se décompose, le vénézuélien réduit les terrains en fin de faena, avec courage et maîtrise, avant de tuer d’une demie en place et d’un descabello. Le public l’invite à faire une vuelta. Il y a chez ce garçon un vrai potentiel que les organisateurs se doivent d’exploiter. Il est, déjà, en capacité de rentrer sur des cartels sérieux y compris réputés difficiles par la complexité du bétail.
Curro Diaz quitte le ruedo applaudi, Juan Bautista et Manolo Vanegas sont ovationnés à leu départ des arènes.

Fiche technique
Arènes de Vic Fezensac, quatrième corrida de la Féria 2017
5 toros d’Alcurrucen et une de Lozano Hermanos (5) pour :
Curro Diaz : une oreille, silence
Juan Bautista : une oreille après un avis, salut au tiers
Manolo Vanegas qui a pris l’alternative avec le toro Cumbre Alta : une oreille, vuelta après un avis


tem40 Le: 06/06/17



Juan Bautista défilera ce dimanche pour son encerrona, avec le précieux capote de paseo de Nimeno II. Ce capote dessiné par Christian Lacroix -créateur de l'affiche- avait été offert par le malheureux diestro au Sanctuaire de Notre Dame de Grâce de Rochefort du Gard. Il est actuellement propriété du diocèse de Nîmes et est classé Monument Historique de France.

Culture et toros seront représentés aujourd'hui dans les Arènes de Nîmes par ces 2 créateurs: Christian Lacroix et Juan Bautista.


tem40 Le: 04/06/17


Manuel Escribano, attendu à Mimizan le 19 août, coupe la première oreille de la Feria de Nîmes.

tem40 Le: 03/06/17


Photo H.Dufaure



Un anticorrida condamné pour avoir insulté Jacques Teissier, l'aumonier des Arènes de Nîmes.
Jacques Teissier, le prêtre torero, bien connu des aficionados mimizannais, avait fait le déplacement pour une conférence en mars 2014 à la Salle des Fêtes de Ste Eulalie.


tem40 Le: 03/06/17

Présentation des toros d'Alcurrucén dans les corrales qui seront lidiés en clôture de la Feria de Vic Fezensac le lundi 5 juin à 17 heures par Curro Díaz, Juan Bautista et Manolo Vanegas qui prendra son alternative, une première dans les arènes de Vic.




tem40 Le: 01/06/17
 «  1  2  3  4  5  6  7 ... 526  527  528  »