Visiteurs: 170726
Aujourd'hui: 36
 
Samedi, 18 Janvier 2014 chronique de Paul Herme

La voix de la conciliation dans le conflit sévillan ?

En tant que président de l’UNETE (Union Nationale des Empresarios Taurins d’Espagne), Paco Dorado a publié un communiqué concernant le conflit entre cinq figuras et l’empresa de la Maestranza de Séville…

A propos du veto à Séville

«Devant la situation créée par le veto imposé par cinq figuras du toreo à l’empresa de Séville, au nom de l’Union des Empresarios Espagnols et l’expérience que nous avons pour la plupart, nous tenons à manifester ce qui suit :

1/ Qu’il est urgent et nécessaire pour le bien de la Fiesta que les deux parties négocient pour parvenir à un accord qui permettrait de monter les meilleurs cartels possibles, les plus dignes et mérités par l’aficion, qui est celle qui paie, et pour une Feria comme celle de Séville qui est une référence mondiale de notre Fiesta.

2/ Que pour elle, compte tenu de la situation actuelle de crise, aussi bien générale que celle du secteur taurin, les deux parties doivent faire preuve de générosité en renonçant à des prises de position personnelles d’intérêts particuliers, et non pour l’intérêt commun de la Fiesta qui voit son avenir profondément affecté par cette situation.

3/ Que si ce veto était effectif, tous les impresarios se verraient menacés dans leur légitime droit acquis, par concours ou par accord, de gérer librement une plaza en accord avec les possibilités et à la sensibilité de chaque aficion.

4/ Que l’empresa de Séville doit fournir un effort de compréhension au bénéfice d’une aficion qui est fidèle à son arène et qui se verrait lésée si les cartels n’étaient pas dignes de sa catégorie.

5/ Que les toreros, en regard du bien et du futur de la Fiesta en danger, avec en plus la reconnaissance pour ce qu’ils doivent à cette arène et à son aficion, doivent céder sur leur prétention de veto en plaidant pour une dignité et un respect qu’ils ne demandent pas dans les autres. En outre, en tant que figuras, ils doivent donner l’exemple à tous leurs compañeros pour la défense de la Fiesta.

6/ Finalement, bien préciser que l’intérêt de l’UNETE et de son président n’est rien d’autre que d’éviter à la Fiesta un moment critique qui peut porter un grand coup à son avenir, sa pérennité étant en danger. Et la persistance de cette situation la plongerait encore plus vers l’abîme.

Il faut se souvenir que les authentiques patrons de la Fiesta ne sont pas les toreros, pas plus que les impresarios, mais les aficionados qui paient, qui la maintiennent et qui en fin de compte sont les plus lésés par ce veto et cette situation d’intransigeance. »

Paco Dorado, Sevilla, 15 de enero de 2014…


La voix de la sagesse ? Ou de la détresse ? Il faudra bien d’une façon ou d’une autre que cette situation se débloque. Ce ne serait pas la première fois qu’après un bras de fer, chacun devant y mettre un peu du sien. Ou beaucoup. La suite au prochain épisode…

(Pour info, du côté du Baratillo, on demande de plus en plus un arbitrage. Mais par qui ? En outre, même si ça n’a qu’une valeur indicative, une enquête de la section taurine de la Cadena Cope donne 73% d’avis favorable à la position des figuras…;)

http://www.torofiesta.com/index.php?option=com_content&view=article&id=3073:dorado&catid=68:chroniques&Itemid=67







tem40 Le: 19/01/14
Arles Concours de photo
Image aléatoire
Galerie
Recherche