Visiteurs: 170499
Aujourd'hui: 3
 

Monsieur le Directeur de la publication,


L’article paru dans votre édition des Landes du lundi 25 août 2014 sous le titre « un dialogue de sourd » appelle
de ma part une demande de rectification.
En effet, cet article consacré aux manifestations organisées par une minorité de militants anti-corridas à
l’encontre de l’organisation de courses de taureaux dans notre région, comporte une erreur manifeste concernant
la licéité des corridas organisées dans notre pays.
L’auteur de l’article, relevant une position exprimée par les manifestants anti-corrida, indique que ces derniers
souhaitent la suppression des corridas à Mimizan, au motif qu’elles ne relèveraient pas d’une tradition locale
ininterrompue.
Et il croit pouvoir ajouter :
« En effet, cela fait quelques années seulement que la Commune organise des spectacles taurins avec mise à
mort. Or, le Juge ne les autorise que s’il existe une coutume ancienne. (Tribunal Correctionnel de Bordeaux 27
avril 1989) »
Une telle présentation du régime juridique applicable aux corridas est par conséquent inexacte.
Celui-ci résulte des dispositions de l’article 521-1 du Code Pénal qui réprime les mauvais traitements envers les
animaux, mais prévoit une dérogation en faveur des courses de taureaux « lorsqu’une tradition ininterrompue »
peut être établie.
C’est la raison pour laquelle, le jugement du Tribunal Correctionnel de Bordeaux du 27 avril 1989 cité dans votre
article rendu à l’occasion des corridas organisées à Floirac (Gironde) a été anéanti par la Cour d’Appel de
Bordeaux et que des corridas ont pu être organisées dans cette localité pendant 20 ans.
L’organisation de corridas à Mimizan, Commune du département des Landes, l’un des départements les plus
taurins de France, est donc tout à fait licite.
C’est d’ailleurs ce qui a été jugé à l’occasion de la première corrida par le Juge des Référés du Tribunal de
Grande Instance de Mont de Marsan, décision que votre article a omis de citer.
Je vous remercie de bien vouloir insérer cette mise au point dans votre prochaine édition.
Dans cette attente,
Je vous prie de croire, Monsieur le Directeur de la publication, l’expression de mes sentiments distingués.
Président de l'ONCT.
André Viard

PS
J'ajouterai que l'auteur de l'article est bien mal informé puisque le commune n'organise pas la corrida de Mimizan. Il s'agit du club taurin qui prend tous les risques financiers et qui ne bénéficie d'aucune subvention ni d'aucune aide d'aucune sorte. Il s'agit donc là d'une contrevérité supplémentaire et d'une faute déontologique grave. Dans quel but ? Les antis à Mimizan étaient moins de 20, rappelons le. Il sont arrivés quelques minutes avant le paseo. Combien de Mimizanais parmi eux..? La corrida a réuni plus de 2000 spectateurs. PV




tem40 Le: 26/08/14
Espontaneo à Bilbao Malaga: Ponce,Morante, Manzanares
Image aléatoire
Galerie
Recherche