Visiteurs: 160328
Aujourd'hui: 18
 
Gamarde (16/10/2016) : Un joli moment d’Aficion et de Solidarité...




Gamarde Festival 2016
Depuis toujours les différentes tauromachies ont contribué à venir en aide à ceux qui étaient dans le besoin. Les différentes manifestations organisées en Espagne et en France ces derniers temps perpétuent une tradition bien ancrée dans le monde des afeciouna, aficionados et tauromaches. Après Valencia, deux fiestas camperas caritatives étaient organisées ce dimanche, l’une à Rodilhan dans le Sud Ouest et l’autre à Gamarde dans le Sud Ouest.

En Chalosse, elle était organisée au profit de l’organisation Corazon de Toreros y de Niños chère à Manuel Mendès et qui a pour but d’aider à améliorer la prise en charge thérapeutique et les conditions d’hospitalisation des enfants atteints de maladies cardiovasculaires.
Cette journée fut un succès tant au plan de la fréquentation que du bilan artistique.
Après une sympathique et réjouissante capéa avec les élèves d’Adour Aficion, ce ne sont pas moins de 550 convives qui ont partagé le traditionnel repas de l’Aficion.
A l’heure du paséo, les arènes couvertes de Gamarde étaient remplies au trois quarts ce qui représente presque 1000 personnes.
Ont défilé Patrick Varin, Richard Milian, Victor Mendès, Stéphane Fernandez Meca, Julien Lescarret pour les matadors retraités et Mathieu Guillon pour ceux encore en activité /
Ils étaient opposés à des novillos des frères Gallon d’origine Sanpedro. De présentation adaptée à ce genre de spectacle, les utreros ont donné du jeu, bien que souvent faibles et piqués pour la forme.
Du côté des « anciens » ,même si le poids des ans se fait parfois sentir, envie et métier leur ont permis de réaliser des faenas pleines de détails qui ont réveillé des souvenirs nostalgiques chez les aficionados présents . Mathieu Guillon a encore confirmé qu’il méritait que les organisateurs lui fassent enfin confiance.
C’est Patrick Varin qui ouvre les débats avec un novillo léger. Reçu avec élégance à la cape, il est banderillé par le torero lyonnais. Le bicho est faible et demande à être toréé en douceur. C’est ce que fait Varin qui l’entreprend à mi hauteur, sans le brusquer. Le Gallon est noble et la lidia qui lui est proposée le fait aller à mas. Le torero peut alors conclure sa faena par des adornos très stylés. Il soulève t l’enthousiasme du public et coupe les deux premières oreilles de la tarde malgré une estocade défectueuse.
Richard Milian jouait gros lors de ce festival. Toréant à la maison, il se produisait surtout sous les yeux des élèves de son école. Après avoir été bousculé lors d’une larga, il réalise de bonnes séries de véroniques et une très belle mise en suerte par chicuelinas marchées. Les palos sont partagés avec entrega et vista entre Mathieu Guillon, Victor Mendès et Richard. Le torero portugais a posé une paire superbe aussi bien par sa préparation que par son exécution. Le torero de Cauna (Landes), qui a brindé à ses « poussins » veut toréer en finesse et avec relâchement. Le Gallon est devenu querencioso et nécessite une lidia autoritaire. Après avoir été bousculé, Richard pèse plus sur le toro , enchaine de bonnes séries à un bicho qui a , manso, une demie charge et quelques velléités « négatives » Le métier parle et le torero peut baisser la main et donner un coloration plus artistique à sa composition. L’estocade est foudroyante et le palco accorde deux oreilles et la queue du Gallon, trophées que Milian promène avec ses « mômes » lors d’une vuelta très chaleureusement fêtée.
Victor Mendès nous rappelle combien il a été un bon capeador lors des passes de réception et de la mise en suerte par véroniques en tablier. Bien qu’à un degré moindre par rapport aux précédents, le novillo manque lui aussi de force. Les palos sont partagés avec Meca et Guillon. Le début de faena, à mi hauteur, est efficace mais peu croisée. Petit à petit, le torero portugais se croise plus, parsème ses passes de petits détails plein d’’élégance et de classe. Il termine sa prestation par une série exceptionnelle dans le terrain des piques, pleine de planta torera alternant main droite et main gauche au rythme des guitares flamencas qui ont accompagné toutes les faenas. Il tue d’une quasi entière après une mete y saca très basse, ce qui le prive de la seconde oreille. Sa vuelta, oreille en main, est elle aussi très chaleureusement fêtée.
C’est Stéphane Fernandez Meca qui reçoit à la cape le quatrième. Le novillo est noble et vient de loin ce dont profite le nîmois en début de troisième tiers. Les premières séries données en se croisant et en allongeant la charge, laissent augurer d’une grande faena. Hélas le toro se blesse à une patte. Noble, il continue à s’investir dans la passe mais avec moins d’alegria et en retenant sa charge gêné dans ses appuis sur son antérieur gauche. Le torero continue à s’appliquer mais la fin de faena manque malheureusement de transmission parce que le novillo va à menos. Il coupe une oreille après une bonne estocade entière.
Le suivant sera malheureusement pour Julien Lescarret, le quinto malo. Quasi invalide, le bicho a très peu de charge et fléchit à plusieurs reprises. Après avoir brindé au maire de Gamarde, Julien essaie de tenir debout le Gallon. Il ne peut en tirer que quelques passes à mi hauteur. Il coupera quand même une oreille après un pinchazo et une entière légèrement tombée.
Le dernier est économisé à la pique. Mathieu Guillon le brinde avec beaucoup de brio et d’efficacité. Le toro est noble. Après un début par des aidées par le haut, El Monteño l’entreprend à droite par une bonne série de derechazos. Mis en difficulté au début de la seconde, il se reprend et termine par de très belles passes très relâchées. Malgré un bicho un peu tardo, Mathieu peut s’exprimer en toréant avec beaucoup de finesse et d’élégance. Après une très belle série d’adorños, Il tue d’une entière et deux descabellos et coupe deux oreilles. Après Villeneuve, le torero montois a prouvé qu’il voulait et pouvait intégrer bien des cartels. Il reste aux organisateurs, et en premier lieu à ceux du Sud Ouest, de lui en donner la possibilité.
A l’issue de la course, Richard Milian invite le ganadero à venir saluer avec l’ensemble des acteurs au centre du ruedo. Le torero de Cauna sort ensuite à hombros portés et entourés par les élèves d’Adour Aficion.
 
Fiche Technique :
Arènes couvertes de Gamarde, Fiesta Campera au profit de l’association Corazon de Toreros y de Niños.
6 novillos de Gallon faibles mais donnant du jeu pour :

Patrick Varin : deux oreilles
Richard Milian : deux oreilles et la queue
Victor Mendès : une oreille
Stéphane Fernandez Meca : une oreille
Julien Lescarret : une oreille
Mathieu Guillon « El Monteño » : deux oreilles

7 piques , Cavalerie Philippe Heyral
A l’issue du paseo les 6 toreros et les deux organisateurs Manuel Mendès et Antonio Paxiao sont invités à saluer.
Richard Milian sort à hombros portés par les élèves de son école taurine
Président : Pascal Lalanne
Presque trois quarts d’arènes.
Thierry Reboul




tem40 Le: 17/10/16
Nuestra señora del Pilar Les frères Adame
Image aléatoire
Galerie
Recherche