Visiteurs: 160389
Aujourd'hui: 79
 




PUNCH
Nougaro a écrit « quatre boules de cuir », les pubs annonçant les combats de boxe montrent deux combattants, gants aux poings, se toisant avec un regard plein d’agressivité et de haine.
A l’issue de la journée de l’Association « Ayuda Joven Toreros », Tomás Campos et Emilio de Justo ont posé face à face, avec chacun un gant de boxe à une main.

Le message est clair. Ils veulent se battre. Pas l’un contre l’autre, même s’il y a toujours une certaine competencia entre les novilleros ou matadors. Ils veulent se battre ensemble, d’où le partage des gants, pour pouvoir exister dans un métier qui est avant tout leur passion.
L’un et l’autre sont des toreros avec une vraie personnalité, différents des produits manufacturés des Ecoles taurines. Ils ont réalisé un bon parcours de novilleros. Mais depuis l’alternative, ils ont du mal à avoir des occasions de se vêtir de lumières, y compris dans leur ville natale.
Pourtant, quand ils le font, c’est avec une vraie réussite, témoins Tomás à Mimizan et Tyrosse, ou Emilio à Orthez et Mont de Marsan.
Ils ne quémandent pas une opportunité, mais la simple reconnaissance des capacités techniques et artistiques qu’ils ont montrées.
Tous les deux ont la chance d’être aidés par des aficionados passionnés. Comme Alejandro Marcos, Tomás a le soutien de l’AAJT, Emilio est aidé par l’Association et l’ancien matador français Ludovic Lelong. Il ne s’agit pas d’apoderados au long cigare qui, tels El Pipo, ont repéré une « poule aux œufs d’or ». Il s’agit juste, et c’est déjà énorme, d’aficionados passionnés qui ont détecté chez ces garçons des qualités techniques et humaines qui font qu’ils méritent d’être aidés.
Leur but est de leur ouvrir les portes des tientas, de leur offrir la possibilité de financer leur entraînement face à du bétail. Ils usent aussi de toutes leurs connaissances et ressources pour leur faire intégrer des cartels dans des conditions honorables et qui garantissent le respect de ceux qui risquent leur vie.
Leur rêve, c’est qu’un jour leurs toreros les quittent pour rejoindre des apoderados prestigieux. Ce sera le signe pour eux qu’ils ont rempli leur mission.
C’est donc sur le ring, pardon, le sable des arènes françaises, qu’Emilio et Tomás ont décidé de combattre, espérant y trouver le succès comme l’on fait avant eux El Fundi, Escribano ou Lamelas. Pour Emilio, les portes de nos arènes s’ouvrent en ce début de temporada. Souhaitons qu’il en soit de même pour Tomás. L’un et l’autre en rêvent et le méritent.
(Thierry Reboul – Photo : Philippe Latour)




tem40 Le: 02/02/17
Gabin Rehabi Aignan
Image aléatoire
Galerie
Recherche