Visiteurs: 165918
Aujourd'hui: 30
 
Alors que Bayonne cherche à économiser 400 000 euros de son budget fêtes, sa jumelle du Sud, Pampelune, a trouvé la solution
Pampelune a trouvé le moyen de réduire les dépenses de ses fêtes sans pour autant sacrifier l'emblématique encierro (AFP)
Pour faire face aux drastiques coupes budgétaires, la capitale navarraise sponsorise ses San Fermin depuis deux ans. En revanche, pas touche au sacro-saint encierro : « On ne dénaturera pas l'essence de nos fêtes. »

Conseiller à l'éducation et à la culture à la mairie de Pampelune, Fermín Alonso, a vu le budget des fêtes de San Fermin se dégrader au fil de la crise. « Avant que l'économie mondiale ne chute, en juillet 2008 le budget accordé aux festivités en tout genre, comme les concerts ou les animations était encore d'1,5 millions d'euros (pour 3,1 millions de budget général). Nous savions que les années qui suivraient seraient beaucoup plus compliquées à gérer, qu'il faudrait se serrer la ceinture. Dans une municipalité, les priorités restent la santé, l'éducation et les services publics. Cette année, le budget des festivités ne dépassera pas les 950 000 euros, soit une diminution de près de 40% par rapport à 2008. »
Comment la ville parvient-elle à amortir ce choc ? « En faisant preuve d'imagination et surtout en captant de nouvelles sources de financement privées », explique Fermín Alonso. « Le but est de soulager quelque peu la mairie. Il ne faut pas oublier que les San Fermin sont aussi une vitrine mondiale que les marques s'arrachent. »

Alors, il y a deux ans, Pampelune lance une « expérience pilote ». « Nous étions persuadés que le sponsoring des fêtes pouvait fonctionner mais nous n'en étions pas certains. Le résultat a été un véritable succès. L'an dernier, cet apport de sponsors se montait à 150 000 euros et cette année nous espérons qu'il puisse atteindre 200 000 euros. »

Depuis, les San Fermin attirent des partenaires privés tel que Coca-Cola, la bière San Miguel, Redbull, des banques, des groupes de presse etc.

En revanche, pas touche au sacro-saint encierro : « On ne dénaturera pas l'essence de nos fêtes. Néanmoins, nous ne voyons aucun inconvénient à ce que les concerts ou le concours de feux d'artifice soient sponsorisés par des marques de sodas ou de spiritueux. »
http://www.sudouest.fr/2012/03/07/sponsoriser-les-fetes-de-bayonne-l-exemple-de-pampelune-652601-719.php




tem40 Le: 14/03/12
Madrid: concours d'affiches Roman change de vie en 10 minutes .........
Image aléatoire
Galerie
Recherche