Visiteurs: 165456
Aujourd'hui: 70
 
A l’heure du bilan, les comptes sont vite faits…

Pas besoin de sortir la calculette pour comptabiliser les trophées, ou même les moments de grandes vibrations. Manzanares étant l’arbre qui a caché la forêt, la plupart des toreros n’ont jamais trouvé sur leur route un opposant lui offrant des options de triomphes. Et à part une ou deux exceptions, les lots lidiés dans la Maestranza ont bien déçu. Triste bilan…

Une cuvée à bien vite oublier qui laisse planer bien des incertitudes sur la suite de la temporada. Car si le bétail ne s’améliore pas, si certains élevages que l’on voit ici ou là à longueur de saison n’ont pas mieux dans leur catalogue, on n’a pas fini de souffrir…

Pour revenir à Séville, il est fort possible que l’aficion de cette ville fasse encore plus pression pour une plus grande ouverture dans le domaine des ganaderías retenues. Et question d’ouverture, ce serait toujours mieux que d’ouvrir le parapluie !!!


http://www.torofiesta.com/index.php?option=com_content&view=article&id=1708:sevilla&catid=68:chroniques&Itemid=67



tem40 Le: 30/04/12
Séville: 29 avril Aire 1er mai
Image aléatoire
Galerie
Recherche