Visiteurs: 170188
Aujourd'hui: 24
 
Les petits malins ou les mauvais esprits vous diront que la parole d'une actrice n'a pas beaucoup d'importance. Ah oui? Dans le cas de Sharon Stone, il s'agit au contraire d'une prise de parole courageuse. Comme citoyenne étatsunienne d'abord, déclarer : "J'aime la corrida, c'est une partie importante de l'histoire et de la culture espagnole, les toros sont la poésie de l'Espagne", n'est pas anodin.
Quand on voit de quelle manière les activistes antispécistes et animalistes californiens s'agitent pour faire interdire la consommation de foie gras et menacent le monde entier de leurs foudres moralisatrices.. on ne peut que saluer le courage de l'actrice, son intelligence et la manière élégante avec laquelle elle aborde le sujet.
On aimerait , en France , où la parole est contrainte ,convenue et prudente à l'excès, entendre de semblables prises de position qui émanant,' et c'est nécessaire, au risque de voir la déclaration d'inscription au patrimoine immatériel être abrogée), de grands artistes, tels Philippe Caubère ou Denis Podalydes,viendraient à leur tour affirmer, proclamer leur goût pour la corrida.
Chacun de nous a pu voir dans les arènes , et ce de façon relativement fréquente et assidue quelques personnalités influentes du monde artistique ou politique: d'accord,être là c'est très bien, mais quand ont- ils pris la parole? à quels moments difficiles pour la corrida se sont -ils engagés ? N'est -ce- pas le devoir d'un amateur d'art de dire son amour de l'art?
Mais leur responsabilité( passive) n'est pas totalement engagée.
Il n'est pas impossible non plus que leur parole soit étouffée par des journalistes eux- mêmes plus intéressés par la présence des "anti", auxquels ils aiment donner son et image: chacun sait que le scandale fait vendre.
Ainsi montre- t- on sous un angle flatteur 25 manifestants anti corrida qui les fait passer pour une foule, et oublie -t- on de signaler que 14000 aficionados se pressaient à Barcelone pour chacune des dernières corridas avant l'absurde prohibition.Prohibition en définitive plus anti espagnole( nationalisme catalan) qu'anti-taurine.
Messieurs, mesdames les intellectuels, vous les clercs qui depuis des lustres oubliez de vous manifester, donnant raison à Julien Benda lorsqu'il écrivait son fameux livre "La trahison des Clercs", dites que vous aimez la corrida sans avoir peur de perdre trois lecteurs ou de vous faire attaquer bassement à la sortie d'un de vos ouvrages . On ne demande pas de débats: ils sont la plupart du temps stériles et pipés par la manière même dont ils sont "préparés".
On nous a suffisamment rebattu les oreilles des prises de positions anti-corrida de quelques vedettes adulées des média ( Bardot,le professeur Jaquard, Th Monod,et quelques autres..), il serait temps de solliciter la parole de grands artistes, de grands penseurs, de poétes qui aiment la corrida et qui ne savent peut -être même pas en quel danger elle se trouve.
Car ne vous faites aucune illusion sur le cas de ces personnalités déclarées "anti": pour certaines elles étaient souvent aux arènes, avant, quand cela ne les gênait pas encore.. ou que ce n'était pas la mode d'être animaliste. Pour d'autres , on est allé les chercher , en creusant bien, avec l'argent et l'envie de faire monter la mayonnaise. Avec le but avoué de faire honte à ceux qui sont aficionados et qui ,malgré toutes leurs bonnes raisons et leur passion, ne savent pas exprimer aussi bien que les précédents leurs arguments favorables à la corrida.
La corrida a besoin de recenser ses appuis.
Le plus éminent et le plus symboliquement fort de ces dernières années est Mario Vargas LLosa, prix Nobel de Littérature qui s'est rendu à Stockholm pour recevoir son prix avec une montera de torero dans les mains. Voilà un geste fort. Il en faudrait d'autres, et beaucoup. Car , que les anti ne s'y trompent pas, il existe de par le monde une aficion très profonde et forte, mais qui n'est jamais interrogée, jamais mise en lumière sauf pour la fustiger.
Fernando Botero, immense peintre adore la corrida, la peint, posant sur elle un regard drolatique et infiniment positif.
Francis Bacon, immense peintre aussi, posait sur elle un regard tragique.
Aujourd'hui, en 2012, qui peut témoigner de l'art extraordinaire qui s'exprime dans les "ruedos" de France, d'Espagne, de Colombie, du Pérou, d'Equateur, du Mexique?
Ce billet n'est une interrogation que les journalistes taurins devraient relayer. On a peu entendu parler de la "saloperie" faite par mr Demorand, rédac chef de Libérationen supprimant la chronique tauromachique hebdomadaire de Jacques Durand. Seul le microcosme taurin a été informé et a réagi.
Les voix autorisées de quelques bons écrivains, je pense là à Florence Delay de l'Académie française, F Wolf, F Marmande, n'ont pas fait résonner la presse de leurs échos indignés.
Silence, on avale, on digère, circulez.... Demorand coupe, tranche, les aficionados n'ont qu'à se taire et leurs mandants aussi...
Ah le trahison des clercs....
Bon! tout le monde aura compris, il y a plus de courage dans la parole de Sharon Stone que dans celle de nos vedettes du cinéma ou des lettres.
Jean Francois Neviere




tem40 Le: 01/07/12
Tartas 2012 Toro : attention danger !!
Image aléatoire
Galerie
Recherche